Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 19:52



COCORICO  !

On croit rêver  !!!!!
Avez-vous vu un prénom ‘normal’ … Simone, Janine, Chantal ……  

Réception à l’Élysée des mères de famille Françaises méritantes (7 à 6 et 5 enfants)  
Les médaillées  à l'honneur...!!! 

Cette médaille de la Famille Française est :
"Une distinction honorifique décernée aux personnes qui élèvent de nombreux enfants, afin de rendre hommage à leurs mérites."

C'est donc une façon de récompenser ces mères Françaises méritantes qui, par leur dévouement ont su assumer leur rôle.

Médailles d'argent : six ou sept enfants : 
Fatiha Benhalima, 
Fouzia Amezane, 
Fatima Boularess,
Aïcha Hadj-Abderrahmane, 
Mama Lefdou,
Fatima Loubbi, 
Aïcha Tasry.

Médailles de bronze :  5 enfants : 

Saadia Ayar née Ayar, 
Saadia Ayar née Jabir, 
Medhia Bargaoui, 
Fatima Batta, 
Saâdia Brouzi,
Fatima Et-Tellah, 
Nacéra Farsi, 
Fatima Haddache,
Zineb Oussghir,
  
La relève est donc assurée dans notre pays  !
Ils ont toujours dit qu'ils nous vaincraient par le ventre de leurs femmes !!!
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 12:54
21eme.JPG

Astuces de grand-mère... ou plutôt d'arrière grand-mère  !! 

 
Clique sur la ligne désirée pour des trucs de nos grands-mères... à tester  

  
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 13:42


Rosh Hashana, une nouvelle année commence. L’année se renouvelle, et nous ? Théoriquement, c’est le temps des résolutions, de la teshouva, de l’introspection, de la remise en question. Bref, tant de réflexions, de repentance et de décisions en un seul jour ! Et après ?
Trois femmes ont accepté de nous aider dans cette démarche pour qu’elle soit constructive et surtout qu’elle ait des chances d’aboutir concrètement. Chacune dans son domaine, elles aident les autres à se renouveler dans la bonne direction et à mettre en œuvre ce renouvellement. Elles ont répondu aux questions suivantes :
 
  1. Comment en êtes-vous arrivée à exercer votre activité actuelle ?
  2. Qu’est-ce que cela a changé en vous ?
  3. À la veille de Rosh Hashana, on s’interroge : doit-on se renouveler pour avancer ?
  4. Comment réussir son renouvellement ? Faut-il impliquer son entourage et si oui, de quelle façon ?
  5. Comment faire pour que ces bonnes résolutions ne restent pas de belles paroles ?
  6. Quel retour avez-vous des personnes que vous aidez à changer ?
  7. Quel est votre vœu pour 5773 ?
 
 
Rabbanite Myriam Mettoudi
Dispense de nombreux cours pour femmes depuis six ans
 
  1. Pendant plusieurs  années, j’ai moi-même assisté à toutes sortes de cours de Torah de toutes les tendances. J’écrivais tout ce que j’apprenais afin de mieux enregistrer et lorsque je sortais d’un très bon cours et que je parlais à des amies, je ne pouvais m’empêcher de leur raconter ce qui m’avait touché ou permis de faire des changements dans mon quotidien. Je retransmettais toujours avec beaucoup d’entrain et les yeux pétillants, mes proches m’ont incitée à donner des cours.  »Moi ! Donner des cours ! Je suis loin de ressembler à une Rabbanite… ».
Mais Hachem avait prévu autrement et lorsque c’est votre rôle, vous y allez. Ensuite, il est vrai que cela débordait dans ma tête, je ne pouvais plus le contenir, il fallait que ça se propage. Enfin, je ne pouvais plus passer les fêtes ou les chabbatot ou pratiquer les autres mitsvot sans en comprendre la raison profonde.
 
  1. Littéralement TOUT ! Mon moi-même, je me suis découverte, cela m’a construite de l’intérieur et de l’extérieur. Travailler avec le public féminin n’était pas facile. Ce sont beaucoup de questions tranchantes, de emouna, de révoltes, voire de l’agression, des reproches.
Mais pour moi, la Avodat Hachem est que chaque personne rencontrée sur son chemin est un miroir reflétant qui on est réellement, ses sensibilités, ses points forts. Donc tout cela m’a fait grandir énormément.
Cela a changé également mon couple, ma vie de famille. C’est un engagement envers Hachem et le peuple juif, une grande responsabilité qui vous oblige à changer à tous les niveaux  et parfois malgré vous mais c’est merveilleux !

3) Le mot « RENOUVELER» a été très bien choisi. On se demande chaque année à l’approche de Rosh Hashana : « que vais-je prendre sur moi cette année? ». Or, j’insiste sur deux points essentiels : 1. Nous ne sommes pas forcement obligés de prendre des nouvelles choses sur nous, mais de RENOUVELER les HABITUDES, la ROUTINE, comme la TFILA, les Bénédictions du matin, sa manière de s’habiller ou de parler, des faits et gestes que l’on fait sans entrain. Hachem veut notre cœur : le but de la Torah et des mitsvot étant de changer l’homme et de faire de lui quelqu’un de meilleur et non pas de le robotiser. 2. On pourrait aussi demander explicitement à Hachem : « Que voudrais-Tu, Maître du monde que je prenne sur moi pour faire avancer la Gueoula et Te faire plaisir ? », et étrangement IL répond à SA manière !
 
  1. Nous avons toutes et tous la capacité de changer, de nous renforcer en emouna. Hachem veut nous prouver notre grandeur ; il n’y a pas de défis insurmontables ! Mais pour cela il faut décider et arrêter de trouver des prétextes :  »C’est à cause de l’entourage ou de la situation actuelle qui fait que… ou si c’était autrement alors… ».
Quant à impliquer son entourage c’est assez délicat et on le peut, mais sous certaines conditions : il faut être soi-même propre à l’intérieur quand on parle, ne pas oublier qu’en priant pour le AM ISRAEL, les résultats sont très impressionnants et en faisant notre propre introspection et changement, en étant tous garants les uns des autres alors nous entraînons tout le monde avec nous.

5) Il faut d’abord décider, étudier et approfondir le point que l’on veut travailler, surtout qu’aujourd’hui nous avons tout ce qui est nécessaire en matière d’étude. Il faut un suivi et beaucoup de persévérance. Marquer ses résolutions sur un bout de papier et les rentrer dans notre Sidour.
 
  1. Des retours gratifiants, merveilleux, encourageants. Mon plus beau retour est de voir une femme sortir du cours avec les yeux remplis de larmes d’émotion et le fait de retrouver l’espoir et le courage et surtout les voir rire et sourire à nouveau.
 
  1. Je souhaite à chacun et chacune de réussir à se connaître, à découvrir la merveilleuse personnalité qui l’habite, à exprimer son potentiel. Le plus grand bonheur sur terre est de se réaliser et de découvrir ce « ANI », ce moi qui lui seul sera capable de sanctifier le Nom et la gloire Divine et d’introniser Hachem sur terre et Lui  laisser le maximum de place. Shana Tova !
 
 
Valérie Halfon
Conseillère en budget familial
 
1) En faisant du bénévolat à Paamonim. C’est là que j’ai découvert que beaucoup de personnes avaient besoin d’aide pour équilibrer leur budget. J’ai étudié l’économie et la gestion en France; j’ai toujours aimé faire des économies. Et quand j’ai commencé à accompagner des familles en difficulté financière pour leur apprendre comment boucler leurs fins de mois, j’ai eu envie d’utiliser mes compétences en vue d’aider les autres.
 
2) D’abord c’est très gratifiant d’aider les autres à changer. Quand des familles arrivent à s’en sortir financièrement, alors qu’au départ elles n’imaginaient même pas que c’était possible, c’est une grande joie. Leur réussite c’est aussi un tout petit peu la mienne. Ensuite, je me suis rendue compte qu’on pouvait tous changer. Que chacun d’entre nous a cela en soi. Et je crois que cela m’inspire aussi personnellement.
 
3) Aujourd’hui, dans ce monde où la technologie évolue à chaque instant, on nous promet sans cesse du nouveau. Encore faut-il savoir quelle sorte de renouveau nous désirons. S’agit-il d’un renouveau spirituel ? D’un renouveau matériel ? Quand on apprend à équilibrer son budget, c’est à la fois un renouveau matériel (on dépense moins, donc on a plus d’argent disponible) mais c’est aussi un renouveau spirituel car en règle générale on finit par comprendre qu’on n’a vraiment pas besoin de beaucoup pour être heureux.
 
4) Il est important d’impliquer tous les membres de la famille. En effet, souvent dans un couple les décisions financières ne sont pas prises en commun. Et c’est malheureusement source de tensions. Par exemple quand la femme achète un vêtement ou quand le mari acquiert un gadget technologique et que l’autre n’est pas d’accord. Croyez-moi, prendre les décisions budgétaires ensemble peut vraiment amener le Shalom Bayit.
 
5) Pour commencer le processus il est impératif d’avoir une forte volonté de changer. Mais après, pour que ça continue, il faut persévérer. Être déterminé. Ne pas se décourager si les résultats au début se font un peu attendre. Célébrer toutes les victoires, même les petites. Et surtout, être persuadé qu’on a fait le bon choix.
 
6) Lors de ma dernière séance avec une de mes “clientes”, celle-ci m’a confié que dernièrement tout le monde la trouvait changée, plus aimable, plus souriante. “Évidemment” me dit-elle, “je dors tranquille maintenant, je ne suis plus à découvert.”
Il y a un mois, j’ai rencontré par hasard dans la rue une personne que j’avais aidée il y a un an. Elle était radieuse et m’a dit qu’elle continuait toujours à être en équilibre financier.
 
  1. Je souhaite d’abord la santé et la Hatslaha pour le Am Israël. Et aussi qu’on arrive à réaliser ce verset des Pirké Avot: “Ezeou ashir ? Hasameah behelko.”
 
 
Rinat Burg
Coach d’entreprise (Tal&Burg)
 
1) Je crois dans le principe selon lequel chacun a un but qu’il est censé atteindre. En chemin, nous pouvons nous heurter à des difficultés et des embûches qui nous retardent. Les relations que nous entretenons avec nos collègues, un manque de confiance en soi, un objectif mal défini. Je fais le lien entre les envies, les passions, les rêves que les gens veulent réaliser et la réalité telle qu’elle est sur le terrain. Ensemble, nous construisons des ponts en définissant des objectifs clairs et grâce à un accompagnement personnalisé.
 
  1. Ce travail a augmenté ma sensibilité envers les autres, mais aussi ma patience et cela m’a même aidée à aimer davantage ceux qui sont différents.
 
  1. Quand vient le temps du questionnement, en général, on regarde en arrière pour aller de l’avant au bon rythme et dans la bonne direction pour nous, ce qui ne signifie pas forcément prendre le chemin le plus facile.
Toute création vivante (ce qui comprend, évidemment, les entreprises), qui ne se développe pas vers l’avant, en réalité commence à reculer. Quand vient le temps du questionnement au sein d’une entreprise, il faut s’arrêter et se demander si l’on a atteint nos objectifs fixés l’année passée. Avons-nous fait avancer notre entreprise ? Avons-nous gagné ce qui était prévu ? Avons-nous satisfait nos clients ? Nos employés sont-ils heureux de venir travailler ? Nous sommes-nous ouverts vers d’autres publics ? Vers de nouveaux produits ? En fonction de tout cela, nous devons prendre les décisions pour l’année à venir.
  1. L’un des moyens pour réussir son renouvellement en entreprise est de définir une nouvelle ligne directrice. Cette ligne se définit par le biais de phrases qui décrivent les fondements de l’entreprise, l’essentiel de son activité, ce qui la pousse à agir, et vers quels objectifs elle se tourne.
5) Définir une ligne précise aide l’entreprise à mieux naviguer entre les différents segments de clientèle, les besoins des employés et de la direction ainsi qu’entre les tendances du marché. Autrement dit, il est nécessaire de définir une ligne en cohérence avec le potentiel de l’organisme et l’entourage concurrentiel. De cette façon, l’entreprise trouve la position qui lui convient le mieux.
 
6) Une partie des clients me disent ressentir vers quels objectifs se tourner, ce qu’ils doivent réaliser et par quel moyen. Ils ont en main une carte pour la route et ils sont capables de marcher vers  »la terre promise ».
 
7) Que nous soyons à la tête, cette année (לראשהשנה). Que nous orientions, renouvelions, ressentions, fassions ressentir et présentions de grands objectifs et que nous les atteignions. Concrètement, que nous utilisions notre ligne directrice personnelle, dans la joie, la plénitude, la sensibilité et la détermination.
http://www.leptithebdo.net/2012/09/11/trois-droles-de-femmes/
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 18:13


Quand vous allez faire vos courses, vous êtes maintenant obligé ou presque d’emporter avec vous un sac réutilisable. Il y a ceux que vous vendent les supermarchés, pas chers, remplaçables mais peu confortable à porter. Et il y a les autres, plus chers, non remplaçables, confortables mais peu pratique à replier. En voici un troisième, bien mieux… ou presque. 
Le sac de course Chute Bag de Michael Pappas est intelligent. Il se déplie comme un parachute quand vous voulez le remplir de victuailles fraîchement chassées dans les rayons de votre supermarché. Il est confortable à porter avec sa grande hanse. Il renferme des petits tubes en fibre de carbone qui l’aident à prendre sa forme de sac quand vous l’ouvrez. 

 
Mais surtout, il se replie d’un seul geste en tirant sur une corde. Ce sac aurait été parfait s’il n’avait pas un prix aussi absurde : 82$ (75€). Tout de suite, mes vieux sacs de supermarché me paraissent tout à fait utilisables. [The Future Perfect via BLTD]
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 17:59

L'Épicerie Musicale, joli mélange de petites assiettes et bonnes musiques, mixées par un fou de vinyles.
Camions, épiceries, échoppes diverses… Paris réinvente de nouvelles façons de se nourrir sur le pouce. Vite et bien, vite et sain.

L'Épicerie Musicale

Le lieu. Accostée depuis le début de l'été en bordure du canal Saint-Martin, cette épicerie, qui dispose aussi de quelques tables sur place, vous attirera autant par la qualité de ses mets à la découpe disposés en vitrine que par l'excellente bande-son vintage mixée par l'un des deux patrons, qui pioche dans sa gigantesque collection de vinyles.

L'assiette. Du transalpin pur jus, pour toutes les heures de la journée. Du caffè du matin aux sandwichs, piadine et assiettes de la pause déj, en passant par le brunch du dimanche ou l'aperitivo du soir, c'est un festival de charcuteries et fromages du sud de l'Italie, carpaccios, salades et straciatella (le cœur de la burrata, à tomber). Buonissimo!

L'Épicerie Musicale 55 bis, quai de Valmy, Xe. Tél.: 07 62 62 27 38. Tlj sf lun., de 9 h à 21 h. Carte: env. 6-15 €.


 

Le Camion qui fume

Le lieu. Presqu'un an après son arrivée, le foodtruck de la Californienne Kristin Frederick ne désemplit pas. Avec son camion à l'américaine, qui annonce son itinéraire sur les réseaux sociaux, elle fait courir le tout-Paris pour ses burgers à emporter.
L'assiette. Si vous n'y avez pas encore goûté, sachez que vous avez là la crème du burger: viande issue d'un mélange maison, bun légèrement brioché de chez le boulanger, cheddar anglais… En plus des six recettes à la carte (dont le Barbecue, son best-seller), Kristin imagine aussi des burgers éphémères (ossau-iraty, piquillos et aïoli-chorizo).

Le Camion qui fume Itinérant dans Paris, régulièrement au marché Madeleine (VIIIe), à Porte Maillot (XVIe) et au Point Éphémère (Xe). Horaires et emplacements sur www.lecamionquifume.com Carte: env. 8-10 €.

L'Épicerie du Verre Volé offre de bons produits à emporter autant que de délicieux sandwichs.
L'Épicerie du Verre Volé offre de bons produits à emporter autant que de délicieux sandwichs.Crédits photo : Jean-Christophe MARMARA/JC MARMARA/LE FIGARO

L'Épicerie du Verre Volé

Le lieu. Cyril Bordarier, infatigable militant en vins nature et bons produits, se démultiplie. Après la cave à vins et le bistrot, son Verre Volé se décline désormais en épicerie-sandwicherie. De l'huile d'olive de Cédric Casanova (La Tête dans les Olives), des salaisons d'Emmanuel Chavassieux, des gouttes ou eaux-de-vie de ­Laurent Cazottes… il y a de quoi repartir avec un panier sacrément bien garni.

L'assiette. Attention, sandwich obligatoire! Mais la Rolls du genre, dopé aux bonnes idées et produits top. À grignoter sur le canal Saint-Martin voisin, par exemple, un succulent sandwich tarama, pimientos, radis, citron confit et mesclun ou en déclinaison plus carnassière avec fines ­lamelles de gigot d'agneau, pâte d'olives noires et coriandre. Glaces et sorbets bio de folie, vendus en minipots, pour terminer en légèreté.
L'Épicerie du Verre Volé 54, rue de la Folie-Méricourt, XIe. 01 48 05 36 55. Tlj. Carte: env. 10 €. Sandwichs: 4,50 € à 6,90 €.


Clasico Argentino

Le lieu. Seconde adresse, après sa grande sœur du XIe, pour ce spécialiste de l'empanada, chausson argentin ­traditionnellement fourré au bœuf fondant. Installé depuis le printemps en plein Marais, à deux pas d'un autre excellent spot de grignotages sud-américain, la Candelaria, ce repaire gaucho fait le plein avec son service en VO.

L'assiette. À déguster sur place (dans la jolie salle ou sur la petite terrasse), à emporter ou même en livraison, les empanadas se déclinent en huit garnitures, reconnaissables à leur forme. Bœuf, épinard, maïs, saucisse… ça fond dans la bouche, avec sauce Chimichurri bien épicée et salade croquante. Les gourmands goûteront la seconde spécialité de la maison, la glace (dulce de leche, sabayon). Pour faire passer le tout, vin argentin ou Quilmes bien fraîche.
Clasico Argentino 56, rue de Saintonge, IIIe. Tél.: 01 44 61 00 56. Tlj sf lun. jusqu'à 23 h. Menus: 27, 39 €. Carte: env. 20-30 €.

Chez Cuissons, des produits frais et de saison façonnés par Peter Karam, qui a cuisiné plusieurs années pour Jean Paul Gaultier.
Chez Cuissons, des produits frais et de saison façonnés par Peter Karam, qui a cuisiné plusieurs années pour Jean Paul Gaultier.

Cuissons

Le lieu. Peter Karam, qui a cuisiné plusieurs années pour Jean Paul Gaultier et son équipe, vient d'ouvrir dans le Haut-Marais sa propre adresse. Une petite cantine au mobilier ­minimaliste que viennent égayer des murs rose girly, tranchant avec les pierres ­apparentes et le parquet foncé.
L'assiette. À base de produits frais et de saison, elle tourne autour de quelques plats mijotés, salades et ­desserts du jour, et s'accompagne de jus de fruits minute ou de citronnade maison. ­Jolies créations sucrées comme le trifle rhubarbe et crème au chocolat blanc ou les cookies chocolat/fleur de sel.
Cuissons 65, rue de Saintonge, IIIe. Tél.: 01 44 78 96 92. Tlj sf dim. de 10 h à 19 h. Livraison en vélo dans le quartier. Carte: env. 15-25 €.


Daily syrien

Le lieu. Bienvenue chez le meilleur marchand de journaux de la capitale. Mais ne vous ­attardez pas trop devant la presse, c'est au fond de la boutique que ça se passe. Depuis huit mois s'est installé dans ce local en pierre et poutres blanches un petit comptoir syrien délicieux.
L'assiette. Ne partez pas sans avoir goûté le sandwich falafel, préparé minute avec hommos, salade et navet vinaigré (3,50 €). À consommer sur la table d'hôte ou à emporter, sept sandwichs (chawarma, kebbe, labneh…), des assiettes et de petites barquettes savoureuses (taboulé, moussaka…).

Daily syrien 55, rue du Faubourg-Saint-Denis, Xe. Tél.: 09 54 11 75 35. Tlj sf lun., de 9 h à minuit. Carte: 3,50-11 €.


Mitsou

Le lieu. L'Asie à midi… Tel est le programme de cette échoppe ouverte uniquement au déjeuner qui sert de cantine à pas mal de cadres du coin. La décoratrice Bambi Sloan s'est chargée d'imaginer un cadre asiatico-vintage plutôt charmeur avec ses tons bleus, ses photos anciennes et ses lampions.

L'assiette. Pièces maîtresses de la maison, les dim sum ­patientent au chaud dans leur panier en osier et s'avèrent ­dignement exécutés et pas trop fatigués en raison du gros débit. La touche fraîcheur est à chercher du côté des bo bun et ­rouleaux de printemps, ces derniers imaginés par Nathalie, ancienne candidate de MasterChef. Plats cuisinés plus ­quelconques.

Mitsou 3-5, rue du Commandant-Rivière, VIIIe. Tél.: 01 42 25 29 60. Tlj sf sam. et dim. Menus: 9 €, 11,50 € et 11,90 €. Carte: env. 10-15 €.


 

L'Épicerie du Breizh Café


 Le temple de la crêpe à Paris, le bien nommé Breizh Café, a depuis peu son annexe. Une boutique où l'on vient faire le plein en «bretonneries» ­sérieusement gourmandes: beurres, laitages et fromages de la maison Bordier, cidres de chez Bordelet entre autres, conserves La Paimpolaise… Et pour ceux qui voudraient ­s'essayer à l'art de la galette, de la farine de blé noir!

L'assiette. La grignote s'articule autour d'une formule  sandwich breton»: une crêpe froide façon gros rouleau de printemps avec garniture à choisir (saumon, mesclun, concombre, sauce wasabi ou jambon cru, tome de vache bretonne, mesclun), un yaourt Bordier, quelques biscuits et un jus de pomme bio. Pour gloutonner tout ça, direction le paisible square voisin, le jardin de l'hôtel Salé.

L'Épicerie du Breizh Café 111, rue Vieille-du-Temple, IIIe. 01 42 72 13 77. Tlj sf lun. et mar. Formules: 8-10 €.

Des tacos, quesilladas, des salades et «alambres»: mille saveurs mexicaines chez Itacate.
Des tacos, quesilladas, des salades et «alambres»: mille saveurs mexicaines chez Itacate. Crédits photo : Jean-Christophe MARMARA/JC MARMARA/LE FIGARO

Itacate

Le lieu. Dans un coin des­ ­Halles devenu hautement gastronomique (Yam'TchaSpring…), un petit snack tout propret aux couleurs flashy qui nous réconcilie avec les standards mexicains de la cuisine de rue. À découvrir sur place (il y a même une petite terrasse) ou en vente à emporter.

L'assiette. Des tacos (galettes de maïs) et quesilladas (galettes de blé au fromage fondu) à garnir de l'ingrédient de son choix (porc, bœuf, chorizo, lamelles de cactus), des salades et «alambres» (bœuf ou poulet cuit avec légumes à la plancha et servi avec des tortillas) ainsi que des sandwichs mexicains super-généreux, la carte ouvre divers tiroirs gourmands. Bonne pioche, les produits sont frais comme les bières, les prix tout à fait corrects et l'accueil charmant.

Itacate 94, rue Saint-Honoré, Ier. Tél.: 01 42 33 39 87. Tlj sf dim. Formules: à 9,90, 12,50 € (déj. du lun. au ven.). Carte: env. 12-20 €.


 

Hot Dog House

Le lieu. Un petit coin de New York dans une rue qui bouge. Derrière une devanture rouge sans nom et une vitrine taguée, deux hommes très relax s'affairent dans un joyeux foutoir de paquets de chips Tyrrell's, donuts et muffins. Trois tables en terrasse vous attendent pour avaler votre chien chaud.

L'assiette. À la carte, trois hot dogs (4 €) préparés sous vos yeux, avec ketchup, moutarde au miel, pickles et fried onions: le New York (choux), le Brooklyn (oignons confits) et le Coney Island (haricots rouges, tomates séchées, poivrons). Le petit pain est moelleux, la saucisse généreuse. Et avec ça? Un jus de fruit frais au gingembre ou un café frappé.
Hot Dog House 63, rue du Faubourg-Saint-Denis, Xe. Tlj de 11 h à 1 h. Carte: 4-8 €.


Et pour quelques bouchées de plus...

Aux Deux Amis. Ambiance survoltée dans ce troquet de quartier qui envoie par salves d'épatantes petites assiettes: thon blanc fumé et rhubarbe, poulpe tomate-courgette, ­carottes-parmesan. Bis! 45, rue Oberkampf, XIe. Tél.: 01 58 30 38 13.

Le Siffleur de Ballons. La petite annexe maligne de l'Ébauchoir surfe sur les vins, les bonnes charcuteries et quelques «tueries» maison (le gâteau de riz).34, rue de Citeaux, XIIe. Tél.: 01 58 51 14 04.

Boco. La bonne idée de Vincent Ferniot? Des recettes d'étoilés (Anne-Sophie Pic, Gilles Goujon...) en verrines et... bocaux. Bio et bon à la fois. 3, rue Danielle-Casanova, Ier. Tél.: 01 42 61 17 67.

LIRE AUSSI

» Les meilleurs sandwichs de Paris

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2012/09/04/03013-20120904ARTFIG00493-les-dix-nouveaux-spots-de-la-grignote-a-paris.php?m_i=UhTUpYvY1gmY36bOV9HMC5jwKdaWBXJFBUlDNRBS0HMVnfVoq
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 20:39

Ariane Grumbach, diététicienne et nutritionniste, explique pourquoi certains milieux professionnels favorisent plus que d'autres le grignotage .


 
Une gourmandise par-ci, un pot entre collègues par-là... Le grignotage en entreprise prend des formes diverses. S'il est évidemment impossible d'identifier précisément les métiers assujettis à ce phénomène, il est toutefois envisageable de répertorier les facteurs qui peuvent pousser au grignotage dans différents milieux professionnels. Ariane Grumbach, diététicienne et nutritionniste, en a recensé cinq.

• Le stress, un élément déterminant

«Les métiers qui impliquent une pression, une tension constante, où il faut être toujours sur le qui-vive sont extrêmement concernés par le grignotage, qui est un excellent moyen de se soulager», explique Ariane Grumbach, avant d'ajouter «c'est d'autant plus vrai qu'il y a de plus en plus de professions où l'employé est obligé d'assurer plusieurs fonctions simultanément, ce qui augmente considérablement le stress.». 

C'est le cas notamment des managers, des commerciaux, et de tous les métiers qui impliquent d'être toujours à 100% avec une attention optimale.

• Bâcler un repas par manque de temps

Prendre du temps pour souffler et s'autoriser un peu de repos est essentiel dans la vie de bureau. Les professions où l'on a tendance à bâcler sa pause déjeuner - voire de ne pas en prendre du tout - ou à déjeuner devant son ordinateur sont également des professions sujettes au grignotage. «Lorsqu'on ne prend pas de vraie pause et qu'on ne fait pas de coupure le midi, le plaisir qu'apporte un vrai repas n'est pas satisfait. On a donc tendance à dispatcher ce plaisir sur plusieurs moments de la journée» précise Ariane Grumbach qui ajoute que «dans beaucoup d'entreprises, sauter sa pause-déjeuner tend à se banaliser.»

• Les horaires à rallonge et les employés qui travaillent de nuit

Les employés qui ont le temps comme ennemis sont aussi très représentés. «Lorsqu'on travaille seul et/ou longtemps, on a tendance à considérer le grignotage comme une occupation. C'est particulièrement vrai pour les personnes qui travaillent de nuit» souligne Ariane Grumbach. «Et la plupart du temps, les personnes concernées mangent aussi pour se redonner du courage et de l'énergie , alors que c'est l'effet inverse qui se produit» affirme-t-elle. Cette réflexion est même au centre de la stratégie marketing pour certains produits. Le slogan «un mars, et ça repart» en est un parfait exemple.

• Les métiers liés à la nourriture

Travailler au milieu de la nourriture n'est pas non plus idéal pour éviter de grignoter. Les boulangers, pâtissiers, charcutiers et les personnes travaillant dans l'agroalimentaire sont donc concernés. «Travailler toute la journée entouré de nourriture est un vrai problème. J'ai de plus en plus de clients avec ce profil. Il est bien souvent difficile de résister la tentation» explique Ariane Grumbach.

• Le grignotage entre collègues

La facette positive du grignotage. «Il existe des entreprises où l'ambiance est très conviviale, et où les employés apportent de la nourriture à tour de rôle, pour finir la journée autour d'un verre par exemple. C'est le côté agréable du grignotage, mais qui n'est pas sans conséquence. L'habitude et la récurrence de ce genre de rendez-vous - aussi sympatiques soient-ils - a forcément des effets sur l'hygiène de vie, et cela peut facilement faire prendre du poids...» 

prévient Ariane Grumbach. 

http://www.lefigaro.fr/vie-bureau/2012/09/01/09008-20120901ARTFIG00339-la-tendance-au-grignotage-varie-selon-les-metiers.php?m_i=dQadNHTU0yLvmh8GUw9zmBjPasX5rTwWwKjNbo5OBGELzq5dt
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 18:45


Des petits trucs bricolage!

1-Truc pour les bouchons de bâton de colle
 

 
 
 Pour que le bâton de colle de vos enfantsne "colle" pas pour toute l'année scolaire,
 
il faut mettre une mince couche de vaseline dans le bouchon
et sur la partie qui s'y visse.
2-Récupérer les restant de colle blanche
 

 
 
  Losque la colle blanche s'épaissit avec le tempset qu'il devient difficile de la faire sortir,ajoutez quelques gouttes de vinaigre blanc et mélanger.

 
3-Protéger les ciseaux (et les enfants des ciseaux!)
 

 
 
Plantez les bouts des ciseaux dans des bouchons à oreille en mousse.
 
Ils resteront pointus et tranchants. 
4-Truc pour gomme à effacer du crayon
 

 
 
Si vous avez un crayon et que la gomme à effacer sur le boutest toute utilisée,
vous pouvez entourer le bout du crayond'un gros élastique de caoutchouc.Ça remplace l'efface.

 
5-Transformer les restants de crayons de cire

 
Enlever le papier autour des crayons de cire.
Casser les crayons en petits morceaux.
Les déposer dans des moules à gâteaux en silicone(aux formes de votre choix).
Mettre au four à 120 °C (250 °F) jusqu'à ce que la cire soit fondue,soit environ 10 minutes.
Sortir du four et laisser refroidir.
Lorsque la cire est solidifiée, démouler les crayons et s'amuser!

 
 
6-Des restes de savonnette 
 

 
Ne jetez plus les minuscules morceaux de savonnette.

Rassemblez les tous et les diluer avec de l'eau dans un flaconcela vous fera un excellent lave main.



7-Truc pour enfiler des perles
 

 
 
Collez vos perles sur un gros morceau de ruban adhésif (masking tape). 
Il est beaucoup plus facile de passer le fil lorsqu’elle ne bouge pas!



8-Papier mâché bon marché     
 
    
Pour obtenir un papier mâché , il suffit de faire tremperdes boîtes d'oeufs dans de l'eau tiède 30 minutes à 1 heure.

Bien serrer pour évacuer l'eau.
Une pâte se formera à partir de laquelle vous pourrez créer
une boule pour réaliser l'objet de votre choix.
Cela prend environ une semaine à sécher
Les enfants adorent!
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 18:02
Pour conserver les vitamines des légumes, lavez-les sans les laisser tremper, pelez, coupez les végétaux juste avant de les consommer ou de les cuire, évitez les cuissons dans de grands volumes d'eau, à trop fortes températures ou trop longues. Crédits photo : FRANCK PRIGNET/Le Figaro Magazine

Comment cuisiner sain et savoureux au quotidien ? Quels gestes adopter, quelle cuisson privilégier ? Petit manuel des techniques bonnes à connaître pour se régaler sans nuire à sa santé.

• Dégraisser les viandes
Otez les parties grasses dans certains morceaux issus de la viande de boeuf, de porc, d'agneau. Quadrillez les parties restantes à l'aide d'un couteau pour libérer un maximum de graisse en cours de cuisson. Pour dégraisser les viandes persillées, il suffit de les mettre au frais et de laisser reposer. La graisse remonte, se fige, et s'enlève facilement à l'aide d'une cuillère.

• Moins de sel dans l'assiette
La marinade est la meilleure des astuces pour parfumer et attendrir les chairs sans ajouter de sel. Il suffit de recouvrir les pièces de différentes herbes (basilic, romarin) ou d'épices (curry, cumin), puis de laisser mariner avec un peu d'huile d'olive, du thym, du laurier et du jus de citron durant une heure pour les petites pièces, deux heures pour les plus consistantes.

• Révolutionnez vos vinaigrettes
Souvent, c'est l'assaisonnement qui surcharge les plats en calories. En intégrant des bouillons de légumes ou de volaille en lieu et place d'une partie de l'huile, vous obtenez de légères et savoureuses vinaigrettes. C'est bon et facile à réaliser. Par exemple, voici la recette de la vinaigrette santé de Michel Guérard: plongez 10 g de bouillon de volaille déshydraté (en tablette) dans 50 cl d'eau et ajoutez 15 g de Maïzena. Portez à ébullition et laissez refroidir. Puis mélangez, dans un récipient creux, 2 cuillères à soupe de moutarde, 1 cuillère à café de fructose, 1 cuillère à soupe de vinaigre de Xérès. Ajoutez 12 cl d'huile de pépins de raisin, 10 cl d'huile d'olive, 1 cuillère à café de sel fin et, pour terminer, le bouillon de volaille froid. Battre énergiquement jusqu'à obtenir la texture désirée.

• La cuisson à la Badoit
Les légumes sont bien sûr recommandés pour leurs vitamines et leurs vertus antioxydantes. Mais quid de la cuisson? Testez l'eau gazeuse, une des astuces de Thierry Marx. Celle-ci renferme des minéraux qui ont la propriété de faire fondre la cellulose des légumes, d'accélérer la cuisson et de fixer la couleur des légumes qui conservent un bel aspect.

• Cuisson pochée, vapeur, à l'étouffée
Ces modes de cuisson, sans corps gras (ou presque), sont bien adaptés à la cuisine santé. En cuisson pochée, l'aliment est plongé dans un bouillon aromatique ou un court-bouillon qui n'est jamais porté à ébullition. Le départ à froid convient aux poissons à chair fragile et aux légumes secs. Le départ à chaud est préférable pour les pièces de viande tendres, les poissons que l'on appelle «au bleu» et les légumes verts. Le principe de la cuisson à la vapeur est de cuire les aliments à l'aide de la vapeur produite par un bouillon ou de l'eau bouillante. Le plus simple est d'employer un appareil spécifique en acier inoxydable type couscoussier ou des paniers perforés en plastique ou en bambou. Ces paniers sont posés au-dessus de l'eau bouillante dans un autocuiseur. Les épices et les herbes imprègnent très facilement les aliments lors d'une cuisson vapeur: n'hésitez pas à en incorporer dans l'eau de cuisson ou sous les ingrédients pour leur donner du goût. La cuisson à l'étouffée convient plutôt aux légumes et aux viandes et poissons à chair ferme. Les aliments cuisent dans une cocotte en fonte, à feu doux, avec un peu d'eau, des aromates et des herbes. Cette combustion lente suppose une surveillance régulière afin d'arroser les aliments et éviter qu'ils ne se dessèchent.

• Des réflexes à saisir
La cuisson à la poêle est incontournable pour certaines pièces de viande (steaks et escalopes) ou les œufs sur le plat. Elle requiert de la matière grasse que l'on peut limiter en choisissant une poêle adaptée à la taille du mets. (Pas de steak baignant dans un océan d'huile.) Une autre astuce consiste à découper la viande en fines lamelles, avant de la cuire. La cuisson est plus rapide et nécessite un minimum d'huile. Enfin, sachez qu'une poêle, ou une sauteuse, munie d'un revêtement antiadhésif permet de cuisiner avec peu ou pas de matière grasse. L'idéal est de choisir un revêtement garanti sans PFOA (acide perfluorooctanoïque), susceptible de libérer ce composé classé parmi les produits persistants dans les aliments.

• Ne pas renoncer aux frites
Pourquoi faudrait-il se priver de frites alors qu'il suffit de les alléger. Comment? En cuisant dans un premier temps les pommes de terre découpées en forme de frites à la vapeur ou dans un bouillon ou au micro-onde, puis de les plonger, peu de temps, dans un bain d'huile à 170 °C. Résultat: elles seront dorées, tendres et croustillantes.

• À bonne température
Les températures élevées altèrent la qualité diététique et gustative des aliments. À la poêle, au gril, au four, au barbecue, en friture, la température de l'ustensile ou de l'huile peut atteindre 250 °C, voire 300 °C. Ces modes de cuisson dorent les aliments et attisent les arômes. Mais la réaction de Maillard, cette «caramélisation», issue de réactions chimiques entre les différents composés des aliments forment des molécules dont certaines sont toxiques pour l'organisme, voire cancérigènes. C'est le cas des amines hétérocycliques issues de la combustion à haute température des viandes rouges, de l'acrylamide, substance induite par la cuisson des frites ou encore des hydrocarbures polycycliques qui se produisent lors des cuissons mal maîtrisées au barbecue. La solution est de saisir rapidement les aliments à haute température et de poursuivre à feu doux. On peut aussi s'équiper d'ustensiles munis d'un thermostat et veiller à ne pas dépasser les 180 °C.

• Faire le plein de vitamines
Pour préserver les vitamines, minéraux et autres polyphénols antioxydants, conservez les aliments au frais et le moins longtemps possible (certaines vitamines s'oxydent au contact de l'air) avant de les cuisiner. Lavez fruits et légumes sans les laisser tremper (les vitamines et minéraux sont hydrosolubles), pelez, coupez les végétaux juste avant de les consommer ou de les cuire, évitez les cuissons dans de grands volumes d'eau, à trop fortes températures ou trop longues.

• Succomber au sucré...
À condition de bien choisir les sucres ou d'en limiter les quantités. Le Sucanat, également appelé sucre complet, sucre brut ou rapadura, est obtenu par évaporation du jus de canne complet. C'est un sucre de régime naturel au goût de caramel. Il contient 50 fois plus de minéraux que le sucre blanc et rehausse le goût des fruits dans les tartes et les crumbles. On peut aussi utiliser de l'édulcorant (pour les desserts froids) ou du fructose en complément ou en lieu et place du sucre. Le fructose contient autant de calories que le saccharose mais son pouvoir sucrant est plus important, on peut donc en mettre moins.

• Et le dessert, la cerise sur le gâteau
Les blancs montés en neige peuvent remplacer avantageusement la crème. Sans lipides ni glucides, ils apportent du volume à une préparation, une texture aérienne, en réduisant l'apport de calories (un blanc d'oeuf de 30 g équivaut à 13 calories). Seul inconvénient, ils ne se montent qu'au dernier moment.

http://www.lefigaro.fr/culture/2012/08/17/03004-20120817ARTFIG00285-les-astuces-des-grands-chefs-pour-cuisiner-leger.php 

Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 22:45


François Jobard, prévisionniste à Météo France, affirme que le pays traverse actuellement un épisode caniculaire. Même s'il est moins étendu et durable qu'en 2003.

 

La France est-elle en situation de canicule?

 
Nous parlons de canicule lorsque les températures enregistrées sont très élevés l'après-midi et douces durant la nuit pendant trois jours de suite. A Météo France, les critères varient selon les régions. Nous estimons, par exemple, que les habitants de Toulouse sont plus habitués et préparés que les Lillois. En conséquence, le Sud-ouest se trouve en vigilance orange lorsque les températures diurnes atteignent les 36°C, et les nocturnes 21°C. Alors que l'on s'inquiètera à Lille à partir de 33°C en journée. 

 
A partir d'aujourd'hui, on peut parler de canicule en France. Déjàsix départements ont été placés en vigilance orange dans le Sud-ouest et probablement, d'autres seront concernés à partir de 16 heures. 
Selon vos prévisions, la canicule est-elle amenée à durer dans les jours qui suivent?

 
Nos dernières estimations indiquent que la canicule devrait se poursuivre jusqu'à mardi inclus dans le Sud-ouest et le Centre-est. Il faudra même attendre jusqu'à mercredi pour le quart Sud-est. Si l'on résume, Toulouse va enregistrer 5 jours de canicule durant lesquelles les températures dépasseront les 36°C. Ce qui n'est quand même pas anodin! Surtout à cette période de l'année: ce type de phénomène s'observe habituellement fin juillet, voire tout début août. Mais rarement de façon tardive. 
Si l'on compare aux années précédentes et notamment à la canicule de 2003, avons-nous des raisons de nous affoler?

 
La canicule actuelle se distingue pour deux raisons de celle de 2003. Déjà par rapport à son étendue territoriale. Il y a neuf ans, la totalité des régions françaises étaient concernées. Nous avions enregistré des températures dépassant les 40°C en Bretagne. Alors que ces jours-ci, le quart Nord-ouest devraient être épargné. De plus, en 2003 la canicule avait duré une douzaine de jours, alors que cette année elle ne dépassera pas les 5 à 6 jours selon les régions. 

 
Mais il ne faut pas sous estimer cet épisode caniculaire. Localement et ponctuellement les températures pourraient avoisiner les 40°C ce week-end dans le Sud-ouest mais aussi, et il faut le mentionner, dans la région Lyonnaise. Le 12 août 2003, Lyon étouffait avec 40,5°C et on s'attend ce week-end à atteindre à nouveau la barre des 40°C. Une situation assez similaire même si elle est moins durable et moins étendue. 

 
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 20:12

Le Coca-Cola utile

Le Coke ou Coca-Cola on aime en boire
mais il peut être utile aussi pour bien des choses!

1-Une aide pour l'estomac
Une indigestion...
Une petite gorgée de Coke vous aidera à roter... et à digérer.
Les femmes enceintes qui ont la digestion lente ne jurent que par ça!

2-Une aide pour le compost
Une bouteille de Coke peut s'avérer pratique
pour aider le processus de compostage.

Versez-en sur votre pile de compost,
l'acidité de la boisson aidera à briser la matière organique
tandis que le sucre donnera un coup de pouce aux micro-organismes du compost.

 
3-Une aide pour nettoyer les graisses
Si vos comptoirs de cuisine, plaques électriques
ou micro-ondes sont un peu graisseux.
Essayez de les nettoyer avec une éponge imbibée de Coke.
Vous verrez, la graisse se dissolvera.

4-Une aide pour éloigner les insectes
Versez un peu de Coke dans un verre ou un fond de bouteille
que vous poserez loin de votre barbecue.
Le sucre de la boisson attirera les insectes, les éloignant de votre table.

5-Un nettoyant pour le coulis des tuiles
Si le coulis des tuiles de votre salle de bain a l'air un peu gris,
essayez de le nettoyer avec du Coke.
L'acidité du soda combinée avec la carbonation va dissoudre la saleté.
Laissez agir quelques minutes, puis nettoyez comme d'habitude.
==============================
 
Repost 0
Published by catger - dans VIE QUOTIDIENNE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de univers-des-news.over-blog.com
  • Le blog de univers-des-news.over-blog.com
  • : Comment tout savoir sur les stars : les news people, les potins, vidéos et photos de stars et de célébrités ? Surfez sur L'UNIVERS-DES-NEWS
  • Contact

Profil

  • catger
  • http://tendancedesantipodes.blogspot.com/


  var _gaq = _gaq || [];
  _gaq.push(['_setAccount', 'UA-15905281-1']);
  _gaq.push(['_trackPageview']);

  (function() {
    var ga = document.createElement('script')
  • http://tendancedesantipodes.blogspot.com/ var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-15905281-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script')

Rechercher

Archives

Pages