Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 19:33


Cet éditorial du président du CRIF a été publié dans le Monde du 17 octobre 2012

 Être indulgent envers l'islamisme radical, c'est être indulgent envers le nazisme. Ce propos que j'ai tenu devant le président François Hollande à l'Élysée, le 7 octobre, était destiné à provoquer une prise de conscience. Pourtant, la rencontre avec le chef de l'État après le démantèlement d'une filière terroriste, si elle avait rassuré quant à la détermination des pouvoirs publics, avait été aussi bien inquiétante. Elle révélait la probabilité d'autres filières encore dormantes, composées d'amateurs dévots de leur propre mort.

« Instruits des dangers de l'histoire, nous serions coupables si nous persistions dans notre aveuglement  »
La comparaison entre nazisme et islamisme radical a choqué certains survivants de l'époque nazie, celle des juifs traqués et assassinés en masse, et ils estiment que toute mise en regard avec la situation d'aujourd'hui est indécente. Plusieurs d'entre eux savent comment ma vie s'est bâtie à l'ombre de cette histoire et combien je déteste tout ce qui peut ressembler à une analogie imbécile. Mais il ne s'agit pas ici des crimes commis : ceux des nazis sont indépassés dans l'histoire de l'humanité. Il s'agit de doctrine, de ces mots en "isme" qui ont organisé le comportement des groupes humains, souvent pour le malheur de l'humanité commune. Il s'agit d'idéologie.


Qu'il soit bien entendu que parler d'islamisme radical, ce n'est pas parler de l'islam, ce n'est pas non plus parler d'islamisme, ce dernier terme étant entendu comme synonyme d'islam politique : ce dernier est une conception du monde contre laquelle on peut s'élever avec force quand on n'admet pas la confusion entre le sacré et le profane sous un même couvercle politique, quelle qu'en soit l'étiquette religieuse. Mais "islamisme radical" réfère à une conception du monde où il est nécessaire de poursuivre l'œuvre divine en annihilant les ennemis. Les islamologues discutent du terme approprié, et certains préfèrent celui de salafisme djihadiste. N'étant pas spécialiste, j'ai préféré la formule "islamisme radical". Mais la réalité qui la génère est bien perceptible. Il est capital de prendre la mesure du danger qu'elle représente.

 Entre le nazisme et l'islamisme radical, deux points communs sont évidents, l'un est la place d'ennemi prioritaire attribuée au juif, l'autre est sa déshumanisation. Il y avait une pudeur de langage à ne pas vouloir attribuer le terme d'antisémitisme à une haine d'apocalypse envers les juifs, exprimée dans la charte du Hamas ("Quand les temps arriveront, chaque musulman devra tuer son juif..."). Les Arabes étant eux-mêmes sémites, ils ne pouvaient pas être antisémites..., comme si M. Marr, inventeur du terme, avait pensé à qui que ce fut d'autre qu'aux juifs quand il en a lancé l'usage ! Force est d'admettre que l'antisémitisme est une composante essentielle de l'idéologie de l'islamisme radical, comme il l'était du nazisme.

 Mais la déshumanisation de l'"autre" est une ressemblance peut-être encore plus signifiante. Pour les nazis, les juifs étaient des cafards, des rats, des poux ou de grosses bactéries. Pour les islamistes radicaux, les juifs et les chrétiens sont des bâtards de singes, de porcs, d'ânes ou de chiens. Les experts discutent des diverses qualifications, et on peut arguer qu'il y a une progression dans la hiérarchie animale, mais le message est identique : l'ennemi n'a que l'apparence d'un être humain. La vraie connaissance consiste à distinguer son caractère bestial.

Primo Levi a consacré des pages inoubliables à ce processus de déshumanisation chez les nazis. La zoologie de la haine est à l'œuvre dans les prêches radicaux. Décréter que son ennemi n'est pas humain autorise à le tuer sans difficulté. Plus encore, cela permet de tuer l'enfant, ce qui est une étape initiatique : Himmler parlait du difficile travail des SS confrontés à des juifs qu'un ignorant pouvait prendre pour des humains. Mohamed Merah tire à bout touchant dans la tempe d'une enfant de 4 ans, comme les nazis projetaient la tête des bébés contre les arbres pour économiser des balles.

Mohamed Merah a eu la fierté de filmer ses meurtres. Il s'en est fallu de peu que ces images insoutenables ne circulent sur Internet. On peut être sûr que, loin de déclencher l'horreur, elles auraient généré des vocations de meurtriers. Est-ce qu'une idéologie qui se prévaut de l'appui de la divinité a moins de scrupules à rendre ses crimes publics qu'une idéologie fondée sur le surhomme, sans référence à l'au-delà, ou est-ce le progrès technologique ? Qu'importe. Le remords ne fait pas partie du bagage moral des tueurs endoctrinés du nazisme ou de l'islamisme radical.

Qu'il y ait des liens historiques entre les deux doctrines, c'est probable. Les historiens mettent l'accent sur les connexions et les complicités qui, au-delà même de la figure du mufti de Jérusalem, ont relié les nazis et les mouvements politiques islamiques de l'époque, religieux ou non, lesquels se sont développés dans un contexte d'animosité contre la colonisation occidentale. Par ailleurs, Israël a fourni à la radicalisation un aiguillon pour englober des haines diverses. Le nazisme avait englouti sous son idéologie des rancœurs disparates.

 Les limites entre les divers aspects de l'islamisme sont floues. Qui peut dire que l'influence de l'idéologue de l'islamisme Sayyid Qotb (1906-1966) ne s'exerce que chez les Frères musulmans et pas chez les salafistes ? Mais il existe une idéologie de l'islamisme radical qui est celle des meurtriers pour la gloire d'Allah. L'influence de cette idéologie est loin de décroître. Il n'y a contre elle aucun accommodement. Comme à cette époque, il y a des appels à l'indulgence. Instruits des dangers de l'histoire, nous serions coupables si nous persistions dans notre aveuglement.

 Richard Prasquier, président du CRIF

http://www.crif.org/fr/leditorialdupresident/oui-lislamisme-radical-et-le-nazisme-sont-deux-id%C3%A9ologies-comparables/32994
Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 13:19


Elle était le symbole de toute une génération. Sylvia Kristel, figure de l’érotisme des seventies à travers son rôle d’Emmanuelle, est décédée à 60 ans des suites d’un long cancer. Retour sur sa carrière en images.
« Sylvia Krystel est morte. L'Emmanuelle de ma jeunesse. Je vais sortir un mouchoir. Pour les yeux cette fois hélas… » Ce mot du médecin et journaliste Jean-Daniel Flaysakier sur Twitter, aussi graveleux soit-il, évoque en effet toute une époque que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître. Sur un scénario de Jean-Louis Richard d'après le roman éponyme d'Emmanuelle Arsan, Sylvia Kristel, Néerlandaise de 21 ans, est apparue sur grand écran en juin 1974. En pleine libération sexuelle,  le film réalisé par celui qui n’était alors qu’un jeune photographe de charme, Just Jaeckin, a dû subir les foudres de la censure avant sa diffusion. 
Il n’empêche, Emmanuelle va devenir culte, un véritable phénomène au Box Office. Il fut notamment programmé 553 semaines d’affilée sur les Champs-Élysées (UGC Triomphe). Et combien d’adolescents ont attendu leur majorité pour s’y précipiter ? Dans leurs circuits touristiques, les Japonais préféraient cette halte à celle de Grévin. Retiré de l’affiche en 1985, le film a attiré 8 894 000 spectateurs en France dont  3 269 187 dans la capitale qui ne comptait alors que deux millions d'habitants. 

« Traitée comme une reine »
L’argument ? Il tient dans cette phrase que répète à l’envi le personnage d’Emmanuelle : « Il faudrait mettre le couple hors la loi. » Mais c’est surtout l’esthétique de ces films qui demeurent en mémoire. Ces longs plans sur les avions qui décollent. Ah, la cambrure du fuselage ! Combien de temps avons-nous attendu  que Just Jaeckin passe enfin aux choses sérieuses. Pourquoi fallait-il patienter si longtemps avant de découvrir enfin le beau Mario, prof d’érotisme en Thaïlande ? De Sylvia Kristel, on gardera aussi le souvenir ému de l’abandon de son personnage dans les amours saphiques. Une diplomate libérée auquel le grand Alain Cuny donnait la réplique.

« Mises à part quelques féministes, je me rappelle que tout le monde me traitait comme une reine, expliquait celle qui s’essaya sans succès au cinéma traditionnel lors d'une récente interview sur M6. Avec le recul, je me dis que cette aventure a servi la libération de la femme, et non son aliénation, comme le disaient certains. Encore aujourd'hui, beaucoup de femmes viennent me dire que ces films ont sauvé leur couple, même si c'était Alice au pays des merveilles comparé à ce qu'on voit aujourd'hui. » 

Une saga et des déboires
Sylvia Kristel est venue au cinéma grâce… à sa mère. Cette dernière avait repéré en 1972 une annonce dans un journal hollandais pour participer à Miss TV Europe. La jeune fille s’inscrit et gagne. Après quelques petits rôles à la télé, elle débarque à Paris et obtient une audition avec l’ex-mari de Brigitte Bardot, Jacques Charrier. Celui-ci lui trouvera sinon un rôle, du moins une place dans son lit. Elle retourne alors à Amsterdam et rencontre Just Jaeckin. On connaît la suite. Lettrée et raffinée, avec un QI de 165, elle côtoie des romanciers, des cinéastes et tout ce qui comptait d’intellectuels et artistes branchés à son époque. Insouciante, tombant amoureuse de bon nombre de ses collaborateurs masculins, elle profite mais ne se méfie pas de son succès soudain : drogue, alcool, séparation difficile avec l’écrivain belge Hugo Claus, le père de son fils Arthur… Une carrière avortée dans la chanson et le cinéma traditionnel (elle tournera pour Chabrol notamment), elle enchaîne les déboires. On lui prête même une liaison avec Giscard... 
C’est son comptable qui l’a remettra dans le droit chemin. En 2004, elle revenait pour Libération sur cette anecdote : « Il m’a dit : "Soit vous continuez à vivre n’importe comment et vous vendez votre maison, soit vous menez une vie saine et vous gardez la maison". J’ai vite choisi. » Sylvia Kristel ne roulait pas sur l’or. Son premier rôle, celui de sa vie, bien que lui ayant ouvert quelques (portes), ne lui a rapporté que 18 000 francs (2 744 euros). Ce sont les « compositions » suivantes, essentiellement celles de la saga Emmanuelle, qui lui ont permis de vivre décemment. Les dix dernières années de sa vie, Sylvia Kristel touchait de temps à autre un chèque de l’Adami, la société qui redistribue leurs droits aux comédiens. Elle s’était mise à la peinture à Los Angeles, ses toiles lui rapportaient un peu d’argent, mais le cinéma, pour elle, c’était bel et bien fini. Il lui faudra attendre 2004 pour repasser devant la caméra, dans un documentaire dont elle fait l’objet et dans lequel elle se confie, très loin de son mythique fauteuil en osier... 

Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 13:17

La place du père.

Il y a des éloges qui méritent d’être dits et qui n’est pas vain de les porter à votre attention.

Je veux parler de cette catégorie de femmes que le destin à contribuer à les rendre des mères courages, des épouses ou des veuves à part. Mekboubin ââla ouledém, veut dire ( enveloppé leurs enfants par bc d’amour)

Je veux parler de ces femmes qui un jour ont vu leur destin prendre une autre voie. Presque s’acharner sur elles. 
Qu’elles soient divorcées pour des raisons qui leur appartiennent ou pas, veuves bien jeunes avec à charge des enfants en bas âge, elles montrent un grand courage, une obstination qui force le respect et une force de volonté qui les rend aux yeux de son entourage, et des amis, des héroïnes qui font honneur à leur classe sociale. 
Lorsque dans un couple la femme, l’épouse, le mari l’époux vient à manquer l’équilibre familial est rompu et il revient à l’un ou l’autre de gérer des situations difficiles.

Des épouses fuient, des maris déguerpissent, disparaissent, prendre le maquis, prendre maitresses d’une semaine, d’un mois d’un an, des mamans meurent prématurément, des papas aussi parce que leur destin ne leur a pas permis de vivre plus longtemps. Hajja mta rabi.
Je rends hommage ce matin à ceux s là à celles là qui se sont faites grâce à la force de leurs poignées et à leur patience et sagesse, l’une d’entre elle m’a dit, veuve depuis longtemps ‘…Albert, j’ai rempli ma mission bezra achem, seule à élever mes enfants et crois moi cela n’a pas été une sinécure… ! Le résultat est là… !’ 

Dans une célébration de mariage, je regardais ce papa veuf, il avait perdu sa femme bien jeune pour cause de maladie lui laissant trois jeunes petites filles sur les bras. Je l’épiais, cet après midi du coin de l’œil, au jour du premier mariage de sa fille ainée. Il avait franchi avec sa fille tout de blanc habillée le seuil de la grande syna des Tournelles. 

J’ai vu couler sur ses joues ses larmes du père courage tant son émotion était grande. Il levait les yeux au ciel sans doute pour dire à sa femme défunte ‘…Aurélie, dort en paix, j’ai accompli mon devoir comme si tu étais là… !’ Le soir de la fête, il levait cent fois les yeux au plafond comme s’il discutait avec son épouse défunte. 

Elever ses enfants lorsqu’un membre important de la famille n’est plus là, c’est vaincre la fatalité et le sort. 
J’ai eu la chance d’avoir les deux parents plus MEIHA ma grand-mére. 

Mon papa Deidou était un papa formidable. Bien qu’il ne lui appartenait pas de nous éduquer, il était présent, souvent à dormir la nuit parce que de Boukha il était imbibé mais jamais il ne nous a quitté un soir à cause d’une querelle, il n’a jamais découché et jamais sa valise ne l’attendait au pas de la porte. 

Il était ce père qui nous faisait sortir tous les dimanches au Belvédère ( parc d’amusements) celui qui nous emmenait à l’aquarium de Salammbô , celui qui, en été, sur la plage ou dans l’eau, ne nous quittait pas des yeux, un seul instant, celui qui un jour faisait croire à maman qu’il travaillait alors qu’il allait pleurer tous les matins sur un banc public à Tunis parce qu’il ne travaillait plus dans les années 56. 

Celui qui plus tard, chaussait des chaussures diplomates cousues main par son ami italien qui tenait échoppe au souk. Celui que ses amis honoraient parce que sa générosité était sans bornes. Bref un père attentif, fier de ses grands garçons, qui nous suivait dans nos compétitions sportives, assis par tous temps sur les gradins, et qui n’a jamais eu maille avec la justice. 

Il n’a sans doute jamais poussé nos poussettes, mais il nous a poussés à être des hommes. 

Aujourd’hui les jeunes papas ont pris leur rôle au sérieux, j’en vois bcp qui portent leur bébé suspendus par des lanières à leurs épaules, j’en vois qui tiennent des landaus pour les déposer à la crèche ou accompagner leur progéniture à l’école. Je les vois assis devant un manège saluant leur enfant à tous les passages, je les vois dans les salles d’attente des médecins accompagnés par le fils malade. 

Le papa d’aujourd’hui est devenu papa poule, et tout cela contribue à les rendre aussi des hommes à la fibre paternelle qu’il partage avec la fibre maternelle. Il est bien loin le temps où l’époux avait pour tache que de travailler et de rapporter le salaire à la maison et de laisser le soin à sa femme de s’occuper du rejeton. Le papa d’aujourd’hui est devenu conscient que sa présence à la maison est un épanouissement pour l’avenir de ses enfants. 

HONNEUR AU PERE. HONNEUR A LA MERE…
AU NOM DU PERE DE LA MERE ET A LEUR SAINT ESPRIT...
 Albert. S.
Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 11:58

lejudaisme
Vendredi 19 et Chabbat 20 octobre 2012,
les 4 et 5 Heshvan 5773 - 
Paracha de Noah

Horaires d'allumage des bougies de Chabbat
  Entrée sortie
Jérusalem 16h23 17h38
Montréal 5h44 pm 6h44 pm
Paris 18h35 19h39
 

Lois concernant le Kiddouch

Super User

Halakha N°1

a) C'est un commandement positif de sanctifier (c'est-à-dire de distinguer) le jour du Chabbat par une proclamation comme il est dit : "Souviens-toi du jour du Chabbat pour le sanctifier". 
b) Nos maîtres ont instaurés de sanctifier (de réciter le Kidouch) sur un verre de vin.
Références : Rambam Halakhot Chabbat chapitre 29 Halakha 1, Rabbi Yossef Karo dans le choulhan Aroukh chapitre 271 Halakha 1, Rabbi Yossef Its’hak dans Yalkout Yossef Halakhot Chabbat volume 1 page 234.


Halakha N°2
Les femmes sont tenues de réciter le Kidouch et elles peuvent acquitter les hommes de ce devoir.
Références : Rabbi Yossef Karo dans le choulhan Aroukh chapitre 271.

Halakha N°3
Celui qui récite le Kidouch doit penser acquitter ceux qui l'écoutent et ceux qui écoutent doivent penser être acquittés par la bénédiction de l'officiant.
Références : Rabbi Yossef Karo dans le choulhan Aroukh chapitre, Michna Béroura 271 Saïf Katan 5.

Halakha N°4
Avant de réciter le Kidouch, la table sera recouverte d'une nappe et dressée, et deux pains (en souvenir de la double ration de manne du désert) y seront posés et recouverts d'un napperon (souvenir de la rosée qui recouvrait la manne.) 
Références : Rabbi Yossef Karo dans le choulhan Aroukh chapitre 271 Halakha 9.
CHABBAT CHALOM A TOUS ET A TOUTES, DANS LA JOIE
ravchlomoatlan.jpg
Aphorismes sur Jérusalem   HILLOULOT
lejudaisme.org
  lejudaisme.org 
Oh toi Jérusalem, ville couronnée de hauteurs majestueuses, tu es la joie de la terre entière.
 
Allumez des bougies Léilouy Nichmatam, avant Shabbat et par leur mérite, Bézrat Hachem, toutes vos prières seront acceptées par Hakadoch Baroukh Hou, Amen.
Vendredi 19 et Chabbat 20 octobre 2012,
4 et 5 Heshvan 5773
  Rabbi Israël de Rozzin z.t.l.Rabbi Yéouda Leïb - Maharil de Kapoust z.t.l.Rabbi Eliahou Sarim z.t.l.Rabbi Kalonimous Chapira z.t.l.Rabbi Moche Berdugo auteur du Roch Machbir z.t.l.Rabbi Yossef Gabbay z.t.l.Rabbi Chalom Azoulay z.t.l.


Réfoua Chéléma  
Léilouy Nichmat
lejudaisme.org   lejudaisme.org
Hagaon Rabbi Obadia ben Gorgia Chlita
Hagaon Rabbi Yaacov Haï Ben Margalit
Sarah bat Fortunée
Levana bat Rivka Kitri
Odaya Liliane bat Fortunée
Tsiyon Tal ben Rahel
Oz ben Yaël Simha
Meyer ben Shimon
Judith bat Sandrine Déborah
Dolly Rachel bat Esther
Itshak ben Massouda
 
Les Halakhot sont dédiées à
Hagaon Rabbi Mordékhay Tsémah ben Mazal Z.T.L
Hagaon Rabbi Nissim ben Mazal Tov Toledano Z.T.L
Hagaon Rabbi Yossef Chalom Ben Haya Moucha Z.T.L
Georges Its’hak ben Chlomo Z.L
Sarah Suzanne bat Roza Z.L
Fortunée bat Camille Camouna Z.L
Gérard Guérchon Khélfa ben Georges Itshak Z.L
Tsipora bat Chlomo Z.L
Choulamit bat Léa Z.L
Rachel Madar Bat Cheima Z.L
lejudaisme lejudaisme lejudaisme
Vidéos de Rav Atlan Archives des Halakhot Site de Torah en Vidéo
 
Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 07:48


Le photographe Hugo Jaeger a eu un acces privilegie aux hauts dignitaires nazis. Par son poste de 'journaliste militaire special' il a eu la possibilite de se servir des technologies les plus modernes de l'epoque et de photographier en couleur et en relief notamment, de facon inattendue, les ghettos de Varsovie et de Kunto.


גטו ורשה, ינואר 1940 (צילום: Gettyimages)
Ghetto de Varsovie en janvier 1940
Des femmes maquillees qui sourient, un hommes juif qui porte une etoile de David en or, et qui parle avec des officiers allemands. Des photos couleurs inhabituelles des ghettos polonais qui mettent en lumiere la vie journaliere des juifs dans les annees 1939-1940, peu de temps avant d'etre enfermes dans les ghettos et que commence la shoah. Ces photos ont ete prises par le photographe Hugo Jaeger qui a eu un acces privilegie aux hauts dignitaires nazis, dont Adolf Hitler, et a eu la possibilite de se servir des technologies les plus modernes de l'epoque, dont la photo couleur.


null


null


null
Sur une photo de janvier 1940, deux mois avant la fermeture du ghetto de Varsovie, on voit des gens qui font la queue pour avoir de l'eau et des legumes, sous une pancarte ou il est ecrit en allemand : "zone infectee".


null


null
Un journaliste du journal 'Life', qui a achete les archives de Jaeger, le decrit comme etant "le photographe d'Hitler" et a publie par le passe des photos prises pour le 50eme anniversaire du dirigeant du troisieme reich. Mais le docteur Dani Ouziel, historien de 'Yad vashem' et qui s'occupe des photographies de l'epoque, le definit plutot comme 'un journaliste de guerre special', qui a eu un acces exceptionnel a des zones ou les photographes normaux n'avaient pas acces.


null


null


null
"Jaeger etait un photographe/journaliste connu dans Allemagne des annees 30. Il a ete enrole au debut de la guerre en tant que reserviste dans les unites de propagande de la Wermacht. Grace a son statut de photographe il a recu le titre de journaliste de guerre special", explique Ouziel. "On lui a donne un uniforme et une arme et il a ete autorise a aller la ou il le voulait. Grace a son statut special il a eu acces a deux technologies exceptionnelles : les pelicules couleurs de 'Kodak' et une camera stereoscopique qui donnait des photos en relief. Il avait l'habitude de photographier les memes scenes avec les deux appareils. Il etait cense transmettre ses photos aux services de propagande, et apparemment il ne l'a jamais fait. Ces photos n'ont pas ete publiees a l'epoque".


null


null


null


null


null


null


null
Dans l'article qui accompagne les photos sur le site du 'Times', la legende precise, par le biais de la conservatrice du musee de l'histoire du judaisme de Pologne, que sur les photos on ne voit presque pas la presence de l'armee allemande. Ouziel revele : "l'armee allemande s'appretait alors a envahir l'union sovietique. Pour cette raison il etait completement interdit de prendre des photos et de donner des informations sur l'armee la-bas. Les unites de propagande n'avaient rien a faire. Ils ont commence a chercher des sujets et ont trouve les ghettos. C'est pour cette raison qu'a l'epoque il a ete publie des photos, des articles et meme des films qui montrent les ghettos de Pologne".

נשים בגטו קוטנו ב-1940. לא מן הנמנע שייגר ביקש את רשותן לצלם ושוחח איתן (צילום: Gettyimages)
Des femmes dans le ghetto de Kunto en 1940

גבר יהודי מדבר עם קצין וחיילים מיחידת הארטילריה הגרמנית בגטו קוטנו, 1940 (צילום: Gettyimages)
Un juif qui parle avec des officiers allemands - Kunto 1940

Contrairement aux autres photos de propagande de l'epoque, sur les photos on ne voit pas de haine ou de demonisation, Jaeger est meme decrit comme un 'nazi enthousiaste'. Il semblerait que Jaeger ait demande l'accord des gens qu'il photographiait, ainsi il a pris en photo une jeune adolescente qui sourit a la camera dans le ghetto de Kunto, photo etonnante sur fond de misere et qui fait froid dans le dos en connaissant la suite de l'histoire. Selon le site internet de 'Yad vashem', a Kunto vivaient  environ 6 700 juifs avant la shoah, qui representaient plus d'un quart de la population de la ville. Les allemands ont cree le ghetto en juin 1940, apres que plein d'autres juifs arriverent dans la region.


null
Les photos couleurs ne correspondent pas aux stereotypes nazis sur les juifs", explique Ouziel. "Les femmes juives sont belles, alors qu'ils ont en general choisi de montrer les plus moches. Cela ne ressemble pas a des photos de propagande". 

גבר וילדים ליד מחסה מאולתר בגטו קוטנו, 1940 (צילום: Gettyimages)
Kunto 1940

יהודים בגטו קוטנו, 1940 (צילום: Gettyimages)
Kunto 1940

Le 'Time' explique comment des milliers de photos de Jaeger  sont arrivees au journal 'Life' dans les annees 70, d'apres le recit recu de la bouche de Jaeger lui-meme. Selon lui, alors que les forces alliees progressaient en Allemagne, il s'est retrouve face a des soldats americains dans une petite ville a l'ouest de Munich avec une sacoche en cuir qui contenait ses photos. Il a eu peur que les photos revelent son lien avec la direction nazie et Adolf Hitler. Mais les soldats se sont interesses a autre chose que contenait sa sacoche : une bouteille de brandy et un petit jeu de hasard en ivoire. Ils ont bu avec Jaeger et ont joue, sans faire plus attention au reste du contenu de la sacoche.

Plus tard Jaeger placa ses photos dans des bocaux en fer et les cacha dans un fosse de la ville. Il garda un plan qui permettait de les retrouver.En 1955 il les recupera et les cacha dans un coffre de banque en Suisse. Une decennie plus tard il les vendit au journal 'Life'.

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli

 
 
 
 
 
Repost 0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 07:45
Repost 0
Published by catger - dans HUMOUR
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 19:21



JDream, le site de rencontre de la communauté juive, vient de sortir 3 spots de pub complètement déjantés !

On y retrouve 3 amis qui se plient en 4 pour aider Hervé, leur copain encore célibataire... et ils ne sont pas à court d'idées, c'est le moins qu'on puisse dire...

Ça fait du bien de se marrer par les temps qui courent !






Tu connais l'aéropostale de l'amour ?
Ça marche à tous les coups !
      





Si vous parlez à la syna, où irez-vous pour prier ?




Aaaahhh quel calvaire lorsqu'on a une mère juive et
qu'on n'est pas marié !
 
Repost 0
Published by catger - dans HUMOUR
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 13:43


L'actrice néerlandaise Sylvia Kristel, connue dans le monde entier pour avoir incarné l'héroïne du film érotique "Emmanuelle", est décédée dans la nuit des suites d'un cancer, a annoncé son agent aujourd'hui.



"Elle est morte pendant la nuit, pendant son sommeil", a déclaré Marieke Verharen, de l'agence Features Creative Management, qui représentait l'actrice de 60 ans, ajoutant qu'elle était décédée "des suites d'un cancer".



L'actrice avait été victime d'une attaque cérébrale début juillet et avait été hospitalisée. L'agence a refusé d'indiquer si l'actrice était décédée chez elle ou à l'hôpital. Sylvia Kristel avait été soignée pour un cancer de la gorge et avait subi un traitement contre des métastases au foie.



Sylvia Kristel, l'actrice néerlandaise la plus connue à l'étranger, était devenue célèbre avec son premier film, "Emmanuelle", sorti en 1974. Tourné par le réalisateur Just Jaeckin, il était une adaptation du roman du même titre d'Emmanuelle Arsan. Le film, qui a connu un succès international, du Japon aux Etats-Unis, raconte les aventures sexuelles d'une jeune femme en Asie. Il était resté treize ans à l'affiche sur les Champs-Elysées à Paris.



 

 

 
 


 


Sylvia Kristel avait tourné ensuite, avec un succès moindre, "Emmanuelle 2" en 1975, "Goodbye Emmanuelle" en 1977 puis "Emmanuelle 4" en 1984.

Repost 0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 12:18


La Sidra Choftim que nous lirons ce chabat, s’ouvre sur l’injonction de placer des juges et des policiers dans toutes les villes que H’ a donné aux Bnei Israel, pour faire respecter l’ordre et la loi. 

Ce n’est pourtant pas un commandement qui distingue la communauté d’Israel des Nations, dans la mesure où l’institution de tribunaux pour faire respecter l’ordre et la loi fait partie des "7 lois des Enfants de Noa’h", les 7 lois que toutes les Nations du Monde sont tenues de respecter, et pour lesquelles leur récompense est d’être considérés comme Juste parmi les Nations avec une part au Monde Futur. Pour rappel, ces 7 lois sont : 


1- la foi en le D.ieu unique ;

2- l’interdit de blasphémer ; 
3- l’interdit de tuer ; 
4- l’interdit des actes portant atteinte à l’intégrité familiale ; 
5- l’interdit de voler ; 
6- l’institution de tribunaux pour une justice équitable ; 
7- l’interdit de manger la chair d’un animal tant qu’il est encore en vie. Dans un commentaire sur cette même Sidra, le Rabbi de Loubavitch analyse l’obligation pour le peuple juif d’établir à sa tête un Roi dès l’entrée en Israel, pour garantir l’ordre et faire respecter la loi, comme il est dit : "Fixer tu fixeras sur toi un Roi dont H’ ton D.ieu approuve le choix..." (Devarim, 17, 15).

Pourquoi en plus des juges et des policiers faudrait-il un Roi pour remplir cette fonction ? Et le peuple Juif, "peuple Sage et ayant du discernement", ne sait-il pas de lui-même qu’il doit s’écarter de l’interdit ? Qu’est-ce qu’un Roi peut-il apporter à son peuple de si essentiel pour ne pas envisager d’autres modes de gouvernement pour Israel ? 


Le Rabbi d’ajouter à ses questions, une interrogation encore plus poignante : n’a-t-on pas déjà H’ en tant que Roi (Mélèkh malkhéi hamélakhim) pour avoir encore un autre roi ?


En réalité, c’est précisément d’un roi de chair et de sang sur terre que le peuple a besoin, et dont le rôle sera justement de faire respecter la seule Volonté de H’. De sorte que le roi sera plus élevé que le peuple de par sa sagesse et son discernement, pour nous guider dans notre service envers H’. 


Le roi sera également humble et ne recherchant pas la satisfaction personnelle mais s’effaçant pour laisser régner la seule volonté de H’. Nous avons en chacun de nous un penchant plus ou moins marqué pour l’acceptation de la Torah que H’ nous donne, "car [Ses lois] sont notre vie et la longueur de nos jours" (ki hèm ’hayénou véorèkh yaméinou). 


Mais la soumission du roi envers H’ est si intense qu’il est capable, parmi les hommes, d’influencer les gens les plus simples comme les plus érudits dans le sens du renforcement de la ’avodat H’ (service pour H’).


Le Rabbi nous rappelle qu’en Exil ce sont nos Sages qui font offices de roi, en rapprochant l’injonction d’avoir un roi à celle d’avoir un maître (Avot, 1, 6). Ce qui est vrai au niveau de l’individu, l’est d’autant plus pour notre génération, à ces derniers instants qui précèdent la venue du dernier roi d’Israel, descendant du roi David, et qui sera à la tête de tous les exilés rassemblés en Terre Sainte. 


Le roi Machia’h sera en effet l’ultime roi, en même temps qu’il enseignera les profondeurs de la Torah à l’ensemble du peuple.
 
Repost 0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 14:24


La Francophonie s’est élargie, samedi à Kinshasa, en accordant à l’Arménie le statut de membre à part entière de l’organisation, celui d’observateur à l’Uruguay et en faisant entrer le Qatar directement comme membre associé, ce qui a fait polémique, a-t-on appris de sources concordantes.
L’OIF compte désormais 57 membres – dont 3 associés – et 20 observateurs.

Ces décisions, prises lors du 14e sommet de l’organisation qui se tient samedi et dimanche à Kinshasa, n’ont pas fait l’objet d’annonces publiques.

« L’Arménie est passée du statut de membre associé à membre à part entière », a indiqué à l’AFP une source au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), selon laquelle « l’Uruguay qui avait demandé à devenir observateur l’est devenu ».

Quant au Qatar, il est entré directement dans l’organisation en tant qu’ »Etat associé » sans passer par la « case observateur », comme c’est habituellement la règle, a expliqué cette source. Cette entrée du Qatar a fait grincer des dents, selon une source proche du ministère français de la Francophonie.


La polémique portait principalement sur la légitimité du Qatar, qui n’est pas francophone, à entrer dans l’OIF. Certains participants se sont aussi inquiétés de l’ambition de ce pays de développer davantage son influence en Afrique de l’Ouest musulmane et notamment de sa propension à financer des écoles religieuses prenant parfois la place d’écoles en langue française.


Selon la même source, « il y a eu des négociations très serrées sur le Qatar. Mais les Qataris ont fait un lobbying terriblement efficace auprès de différents pays, notamment africains ».

Le Qatar aurait ainsi obtenu le soutien de Djibouti et de la Guinée, pour favoriser son entrée au sein de l’OIF.

Le pays faisait notamment valoir qu’il accueillait de nombreux expatriés francophones et qu’une radio publique de langue française avait été financée au Qatar, selon une source informée des négociations.


Ces nouvelles adhésions pourraient réveiller le débat, récurrent, sur l’élargissement constant de l’organisation. Certains commentateurs reprochent en effet à l’OIF de perdre sa spécificité, au fur et à mesure qu’elle grossit en intégrant des pays qui ne sont pas considérés comme francophones.


http://www.demainonline.com/2012/10/14/le-qatar-devient-francophone-grace-a-ses-millions-de-petrodollars/



 
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de univers-des-news.over-blog.com
  • Le blog de univers-des-news.over-blog.com
  • : Comment tout savoir sur les stars : les news people, les potins, vidéos et photos de stars et de célébrités ? Surfez sur L'UNIVERS-DES-NEWS
  • Contact

Profil

  • catger
  • http://tendancedesantipodes.blogspot.com/


  var _gaq = _gaq || [];
  _gaq.push(['_setAccount', 'UA-15905281-1']);
  _gaq.push(['_trackPageview']);

  (function() {
    var ga = document.createElement('script')
  • http://tendancedesantipodes.blogspot.com/ var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-15905281-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script')

Rechercher

Archives

Pages