Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 19:56


Salma Hayek, la divine ardente

La star passionnée revient en patronne de cartel mexicain dans "Savages", d'Oliver Stone..


 
Cosmopolite, généreuse, passionnée, la star renoue avec le cinéma en patronne de cartel mexicain dans Savages, d’Oliver Stone. À New York, elle nous confie les fondamentaux de sa nouvelle vie de jeune mère, jeune épouse, productrice et chef d’entreprises. Viva Salma!

La vie de Salma Hayek a plus d’imagination que le cinéma. Comme celle de son idole Frida Kahlo – rôle pour lequel elle fût nommée à l’oscar de la Meilleure actrice -, sa trajectoire à tiroirs dessine un destin d’insoumise qui commence du côté de Vera Cruz, dans le golfe de Campeche au Mexique, où elle est née, se poursuit à Hollywood où elle a réussi à s’imposer en dépit des obstacles qu’on imagine, et s’ancre aujourd’hui à Paris où, après avoir épousé François-Henri Pinault, capitaine d’industrie et p-dg du groupe PPR, elle vit une partie de l’année.

On la rencontre à New York, une journée de canicule qui fait fumer l’asphalte, le temps d’une séance photo où cette vamp de poche dessinée comme une amulette aztèque joue le glamour, une seconde nature sans doute perfectionnée à l’école californienne. 

Il est onze heures du matin, elle arrive directement de Boston où elle termine Grown Ups 2, la suite d’une comédie millionnaire au box-office. Elle est épuisée mais n’en dit rien – seul son sourire las la trahit de temps en temps –, se plie de bonne grâce aux exigences de chacun et fronce légèrement les sourcils lorsqu’on ne trouve pas ce qu’elle est en droit d’attendre : la perfection. Salma Hayek voit tout, remarque tout, devine tout : une hypersensible aux fenêtres grandes ouvertes.

 Sa fille Valentina, 5 ans, jolie comme tout, « une surdouée qui parle déjà trois langues », court partout dans le studio sous les yeux attendris de sa grand-mère, la mère de Salma, dame élégante qui fut chanteuse d’opéra.

Une urgence de vie

Trois générations de femmes sont réunies sous la verrière d’un immeuble de Soho : le cosmopolitisme de la famille Hayek n’a pas dissous l’esprit de clan. Le soir, on la retrouve très tard dans un lounge chic avec vue plongeante sur Central Park. Elle vous y convie chaleureusement, exténuée mais joyeuse, attentionnée, drôle. Généreuse de son temps et de ses émotions, Salma Hayek, la belle et bonne vivante, ne ressemble à aucune autre actrice. Ses origines mexicaines poinçonnent une passion fiévreuse et une urgence de vie qu’elle partage avec ceux qu’elle a choisis.

J'ai reçu des cadeaux que je n'attendais plus

Elle est de retour au cinéma, pour de bon cette fois-ci, au détour d’une filmographie irrégulière qui ne la comblait plus : « J’étais désillusionnée, déçue qu’on ne me propose rien de vraiment intéressant, je pensais même arrêter le cinéma et me consacrer à ma fille, à mon mari et à mes affaires qui occupent beaucoup de mon temps.

C’est François Henri qui m’a poussée à revenir au cinéma. Sa foi en moi m’a portée. C’est lui qui a rallumé le feu quand je n’y croyais plus... Cela a été pareil avec les hommes... J’approchais des 40 ans, je n’avais pas rencontré la bonne personne, je m’étais résignée... Et François-Henri est entré dans ma vie... J’ai reçu des cadeaux que je n’attendais plus.

Dans Savages, d’Oliver Stone, en patronne de cartel mexicain, Elena, dure et complexe, secondée par un impitoyable homme de main – Benicio del Toro –, elle vole le film et éclipse la novice Blake Lively : « C’est le genre de rôle que j’ai attendu toute ma vie. Je ne parle pas de Frida, que j’ai initié, porté et coproduit. Oliver Stone a cru en moi et a su me regarder. Mon point de départ ? Imaginer que, pour survivre dans ce monde d’hommes, Elena a dû s’inventer un personnage qui est son armure. On ne sait pas exactement qui elle est, c’est une femme à facettes, capable de tenir tête à une ar- mée de criminels mais qui s’effondre dès qu’il s’agit de gérer un conflit avec sa fille. » 

Si Elena reste à déchiffrer, comprendre Salma Hayek revient à assembler les morceaux d’un puzzle dont les pièces sont disséminées ici et là, au Mexique, aux États- Unis, en France. Rassemblées, elles révèlent le visage d’une battante qui ne s’est jamais apitoyée sur son sort : « Je n’évoque jamais mes misères, même si je suis une femme de chair et d’os avec mes problèmes, mes conflits, mes paradoxes. De plus, je suis très difficile à labéliser, prévient-elle. Je suis mexicaine de cœur mais pas de sang. Quand je vivais au Mexique, on me considérait comme une femme arabe à cause de mes origines libanaises (NDLR : par son père).

Activiste inépuisable

Mais lorsque je suis arrivée aux États-Unis, jamais je ne m’étais sentie si mexicaine ! (Elle rit.). Aujourd’hui, en France, j’entends sans arrêt : “Tu penses comme ça parce que tu es américaine.” En réalité, j’ai toujours été un peu spéciale. Je suis différente, jamais vraiment à ma place nulle part. Cela n’a rien à voir avec mes origines, mais avec moi. Ma nationalité, c’est actrice. »

Élevée dans l’opulence – son père était dans le pétrole –, Hayek devint une vedette de la télé mexicaine grâce à la telenovela Teresa. À 24 ans, elle met le cap sur Hollywood, qui ne se révèle pas la terre promise escomptée, mais une forteresse imprenable où elle expérimente le rejet : « Il n’y avait aucun espace pour moi. Là-bas, une actrice latine n’a pas d’autre choix que de jouer les bonnes, les prostituées ou les dealeuses. J’ai alors prétendu être une bombe sexuelle, ma planche de salut, et on m’a crue. (Elle rit.)»

Repérée par le réalisateur Robert Rodriguez, à force de ténacité, de travail et de talent, Salma Hayek sort du ghetto ethnique, se fait un nom, force le respect avec son admirable Frida. L’actrice relève la tête et montre enfin ce qu’elle est vraiment : une femme intelligente et vibrante, une activiste inépuisable qui se bat pour les femmes, pour l’environnement ou contre le sida. « Je ne me suis jamais soumise au formatage, je dis ce que je pense, ce qui m’attire parfois des ennuis. Mais à quoi bon être actrice si on ressemble à tout le monde ? Souvent, j’essaie de me contrôler, de ne pas me montrer embarrassante, au moins pour mon mari.

Je veux faire les choses par moi-même, voir, comprendre, décider.

Mais lui me rassure, m’encourage, me protège, me rappelle à l’ordre de mon intégrité. Jamais je n’ai rencontré un homme pareil... » Salma Hayek, née sous le double signe de la Vierge, prétend pourtant avancer lentement : « Je m’accomplis sur le tard. J’ai mis quarante ans avant de concevoir ma fille Valentina et dix ans pour monter ma ligne de cosmétiques. » Aujourd’hui tout fait sens : productrice à succès (Ugly Betty, c’est elle ; à venir : le Prophète, un dessin animé d’après Khalil Gibran), elle est aussi à la tête de deux entreprises florissantes. D’abord une ligne de cosmétiques, « Nuance Salma Hayek », en vente seulement dans les supermarchés CVS parce que, dit-elle, « il n’y a pas que les femmes riches qui doivent rester jeunes ». Ensuite, elle codirige une chaîne de jus de fruits organiques (Cooler Cleanse) aux vertus détox : « Comparée à mon mari, je suis une fourmi. Je n’ai même pas de business plan précis : je veux juste rester au plus près d’une qualité sans cesse contrôlée. »

Ses produits de beauté sont en rupture de stock et Salma Hayek refuse de franchiser ses boissons bio pour ne pas risquer de les dénaturer. Elle est à tous les postes, travaille la nuit, a transformé sa salle de bains en laboratoire : « Je veux faire les choses par moi-même, voir, comprendre, décider. J’ai toujours été indépendante financièrement, toujours. »

Un mariage heureux

Il est près de minuit, on fixe son beau visage de madone latine aux yeux d’obsidienne : « Ni Botox ni injections, rit-elle. J’ai trop peur des aiguilles ! Et puis, j’ai une théorie : si on endort le muscle avec du Botox, alors la peau ne fonctionne plus non plus, elle ne s’oxygène pas, perd son tonus et s’étiole. Je suis sûre que lorsqu’on répare une chose, c’est au détriment d’une autre. C’est une question d’harmonie. »

Ce sont mes plus belles années

Central Park n’est plus qu’un immense trou noir, bordé de skyscrapers qui scintillent comme des sapins de Noël. Salma Hayek, songeuse, livre une dernière confidence : « Une fois, quelqu’un m’a demandé ce que cela faisait d’appartenir aux 5 % des personnes les plus riches. J’ai répondu que le plus exceptionnel, c’est de compter parmi les 1 % qui ont réussi leur mariage. Un pour cent, vous imaginez ? Je connais plus de gens riches que de couples heureux... Ce sont mes plus belles années », conclut-elle, rêveuse. À cet instant-là, on ne peut pas s’empêcher de penser au dernier tableau de Frida Kahlo – des pastèques gorgées de promesses –, griffé de trois mots définitifs : Viva la vida. 









 


 


 

Savages, en salles le 26 septembre.

http://madame.lefigaro.fr/celebrites/salma-hayek-divine-ardente-130912-278658
Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 19:16


Editorial de la semaine du 08/09/2012
Par Marc Femsohn pour Guysen International News !



Que les choses soient bien claires avant de débuter cet éditorial : la chancelière Angela Merkel est la dirigeante la plus pro-israélienne qu'ait connu l'Allemagne. Le président Hollande est un ami de la communauté juive mais pour ce qui est d'Israël, c'est beaucoup plus flou, sait-il même où se trouve ce pays, d'accord, je vous vois venir, ne lui faisons pas de procès
d'intention.

Quant au Premier ministre belge Di Rupo, son hostilité à l'égard d'Israël n'est un secret pour personne.

Ces bases étant posées, chaque citoyen allemand, français et belge, d'origine, de confession, de religion juive, appelez-cela comme vous voulez, bref, chaque Juif de ces pays comme de bien d'autres en Europe, devrait s'interroger sur son futur, son devenir, à la lumière, si l'on peut dire, des évènements qui ébranlent son statut.

Lorsqu'on remet en cause la circoncision en Allemagne, moins de 70 ans après la Shoah, même s'il est vrai que ce n'est pas spécifiquement contre la communauté juive, lorsqu'un rabbin est agressé devant sa fille à Berlin, lorsqu'un autre rabbin estime que la situation est si dangereuse qu'il conseille à ses étudiants rabbins de ne plus porter la kippa, il y a de quoi se poser des questions sur la liberté d'assumer son judaïsme dans ce pays. 


Il est à craindre que la nouvelle génération d'Allemands ne soit plus d'accord de continuer à assumer le lourd passé de son pays, le naturel revenant au galop.


Lorsqu'on assassine, en France, des enfants et des adultes uniquement parce qu'ils sont juifs et que le débat public qui s'en suit voit une partie de la classe politique et civile trouver des circonstances atténuantes au pauvre terroriste tout en évoquant la vague d'islamophobie, on est en droit de s'inquiéter sur le futur de cette communauté juive, d'autant que certaines personnalités bien connues n'hésiteront pas bientôt à remettre en cause, elles aussi, la circoncision, souvent comparée à l'excision.


Lorsque le Bourgmestre de Bruxelles, Freddy Thielemans, donnant libre cours à sa haine à l'égard d'Israël en autorisant des activistes pro-palestiniens antisémites à organiser, déguisés en soldats de Tsahal, des "check-points" dans la rue Neuve en arrêtant les passants ou en retenant les étudiants juifs à l'entrée de l'ULB (Université libre de Bruxelles), il est légitime de se demander s'il est encore possible d'être Juif en Belgique. 


D'autant que ce même Thielemans s'est fait tirer l'oreille pour accepter de reconnaître, pas plus tard que cette semaine, le rôle de la ville de Bruxelles dans les rafles des Juifs qui ont mené ces derniers dans les camps de la mort.


 "Mais s'il ne m'appartient pas de juger, il me revient évidemment de reconnaître l'implication de la Ville de Bruxelles et de ses autorités politiques et administratives de l'époque dans le processus de déportation des Juifs", peut-on lire dans le discours du bourgmestre. 


Pourquoi s'exempte-t-il de juger ce crime ? Pourquoi utiliser le mot "implication" et pas celui de "complicité" ? Pourquoi préciser "autorités politiques et administratives de l'époque", ce qui tendrait à faire croire que ce pouvoir local avait été mis en place par les nazis alors qu'il avait été librement élu ? Chirac et Hollande ont au moins le mérite d'avoir bien précisé que l'Etat français de Pétain, c'était la France.


Tout ce que je viens d'évoquer devrait tout de même interpeller les communautés juives de ces pays. La question est très simple :


Sera-t-il encore possible d'ici le milieu de ce siècle, en Europe, d'être juif, c'est-à-dire pratiquant ou seulement observant, ou bien même en étant totalement laïc, mais en revendiquant seulement le fait d'être juif, d'avoir une culture juive, comme d'autre ont une culture bretonne, alsacienne ou corse, ou d'autres encore sont wallons ou flamands, prussiens ou bavarois ?


Permettez-moi d'avoir quelques doutes, mais il est vrai que je suis sioniste…


Les Juifs d'Europe sont donc à la croisée des chemins. S'ils ne décident pas librement très bientôt de leur destin, les évènements pourraient bien leur imposer des choix dans l'urgence et l'impréparation.


Les Pieds-Noirs savent de quoi je parle. Mais certains n'attendirent pas juillet 1962 pour prendre le bateau vers la métropole, tout le monde s'accordera pour dire aujourd'hui qu'ils furent clairvoyants. 


Bien sûr, l'Europe de 2012 n'est pas l'Algérie de 1962.


Mais tout dépend de l'importance que l'on donne à son statut de Juif. Si on estime que l'attachement au pays d'origine est prioritaire, ce qui est tout à fait légitime, alors c'est simple, on reste à Berlin, Paris ou Bruxelles, mais qu'on ne vienne pas se plaindre par la suite. 


On est allemand, français, belge, un point c'est tout, et accessoirement, vaguement juif, mais alors très discrètement, en baissant la tête pour laisser passer les orages.


Si l'on juge par contre essentielle une vie juive assumée et totalement libre, la solution ne pourra se trouver que dans le retour à Sion qu'il faut envisager comme une démarche sereine, réfléchie, ni précipitée, mais ni subie.


J'entends déjà certains me dire qu'il ne faut pas laisser ce plaisir aux antisémites, mais pourquoi se battre pour rester dans un pays dont de plus en plus d'habitants ne me considéreront de toutes façons jamais comme un des leurs, je préfère alors réserver mon énergie à un pays qui se bat pour MON identité.


D'autres prétexteront les vieux parents ou les enfants, mais les Pieds-Noirs (j'y reviens) ne se posèrent pas ces questions et emmenèrent toute la famille.


D'autres encore objecteront le travail qu'on ne pourra pas retrouver en Israël ou bien la langue. 


Israël est un pays où on peut trouver du travail, on peut aussi, grâce aux nouvelles technologies avoir des opportunités pour continuer à travailler en Europe, tout en revenant, chaque semaine, chaque mois en Israël, nombreux sont ceux qui ont choisi cette formule pour être avec la famille, avec des enfants bien intégrés dans les écoles israéliennes. 


Israël est le troisième pays où les ados sont les plus heureux, selon un rapport de l'OMS paru cette semaine.


L'idéal étant, bien entendu, d'avoir trouvé un emploi en Israël avant de faire son Aliyah, c'est l'assurance de la réussite. De nombreux organismes et associations sont d'ailleurs là pour épauler les candidats.


Vous trouverez mille et une bonnes raisons pour ne pas venir vous installer en Israël, mais elles seront balayées par une seule question :


Voulez-vous rester juif ?


Nous, en Israël, avons trouvé la réponse et nous vous attendons dans votre pays.


http://www.guysen.com/articles.php?id=18353&art_mail=1 

Repost 0
Published by catger - dans TOUT SUR ISRAEL
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 18:50


Bernard Debré, député UMP de Paris, et Philippe Even, directeur de l'Institut Necker, auteurs d'un rapport au vitriol dans l'affaire du Mediator en 2011, affirment dans "un livre choc" dont le Nouvel Observateur révèle, jeudi 13 septembre, les bonnes feuilles, qu'un médicament sur deux est inutile. 

Le Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux est "un livre d'information, pas d'opinion", assure le Pr Even dans une interview vidéo publiée sur le site de l'hebdomadaire.

L'ancien doyen de la faculté de médecine de Paris lance néanmoins une nouvelle charge contre l'industrie pharmaceutique, qualifiée de "la plus lucrative, la plus cynique, la moins éthique de toutes les industries". "Ce livre aurait dû être écrit il y a au moins 30 ans par les agences de l'Etat chargées d'informer le citoyen sur la valeur des médicaments", ajoute le professeur.

"50 % DE MÉDICAMENTS INUTILES... "

Le livre de 900 pages recense ainsi, selon le Nouvel Observateur, "50 % de médicaments inutiles, 20 % de mal tolérés, 5 % de 'potentiellement très dangereux', mais, incroyable paradoxe, 75 % sont remboursés". Leur déremboursement rapporterait entre 10 à 15 milliards d'euros à la Sécurité sociale. 

Le Pr Even s'en prend tout particulièrement aux statines, les médicaments contre le cholestérol, "avalés par 3 à 5 millions de Français", qui coûtent "à la France 2 milliards d'euros par an" et qu'il juge "complètement inutiles".

Le Nouvel Observateur a mis par ailleurs en ligne "la liste noire des médicaments dangereux", qui comprend des médicaments cardiovasculaires, des anti-inflammatoires, des pilules contraceptives, etc.

CORRUPTION ET INCOMPÉTENCE

Selon les deux médecins, pour régler le problème du manque d'argent dans le domaine de la santé et du déficit de l'Assurance-maladie, "il suffit de retirer du marché les médicaments dangereux, inutiles ou inefficaces". Pour M. Even, la faute de cette dérive est à chercher dans le "laxisme, la démagogie, l'incompétence et la corruption".

"Je crains que ce soit avant tout lié à l'incompétence, arrosée par la corruption assurée par l'industrie pharmaceutique pour se procurer les 20 % de bénéfices qu'elle s'accorde chaque année", dit le professeur. "En 3 ans et demi, elle double son capital et elle le quadruple en sept ans", assure-t-il.

"AMALGAMES ET APPROXIMATIONS"

L'industrie pharmaceutique (LEEM) a dénoncé de son côté "amalgames et approximations" dans cet "énième réquisitoire de Bernard Debré et Philippe Even". 

Ce livre "contribue à alarmer inutilement les malades et risque de les conduire à arrêter de leur propre chef des traitements pourtant adaptés aux maladies dont ils souffrent", a déclaré mercredi soir le LEEM, la fédération professionnelle des industriels du médicament.

"Que nous consommions trop de médicaments dans notre pays, c'est tout à fait évident", a réagi jeudi sur Europe 1 Roselyne Bachelot, ancienne ministre de la santé. "De toutes les façons, les laboratoires qui demandent les autorisations sont obligés de s'appuyer sur des études d'efficacité qui méritent d'être revisitées", a ajouté l'ancienne ministre.

 "On a aussi tendance, dans notre pays, à prescrire les nouvelles molécules alors que des molécules plus anciennes (...) pourraient être utilisées", a relevé Mme Bachelot.

Bernard Debré et Philippe Even s'étaient vu confier par l'ancien président Nicolas Sarkozy une mission suite à l'affaire du Mediator et lui avaient remis en mars 2011 un rapport au vitriol sur la réforme du système du médicament. Les deux professeurs estimaient notamment que l'affaire du Mediator était "beaucoup plus qu'un accident isolé".

http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/09/13/publication-d-un-guide-des-4-000-medicaments-utiles-inutiles-ou-dangereux_1759378_1651302.html#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20120913-[titres] 
Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 18:31

Si l’on s’en tient à logique du Nabot de Téhéran et sa clique de dingues, une bombe lancée sur Israël annihilerait de fait la vie de près de 2  millions d’âmes non-juive. Et je doute fort qu’autant de personnes aient vraiment envie d’être sacrifiées même si dans cette région le culte de l’amour pardon ! de la mort cher aux djihadistes soit érigé en loi naturelle ! 
Ah oui j’entend déjà dire qu’Israël possèderait des ogives nucléaires ! Israël n’a jamais menacé quiconque d’extermination.
Qui attaque qui?
par Léon Rozenbaum 
La redondance des hystéries relativement à l’éventualité d’une attaque israélienne sur les sites nucléaires iraniens pour empêcher l’accession rapide de ce pays à l’arme atomique alors que ses dirigeants ne laissent pratiquement pas passer une journée sans menacer explicitement Israël de destruction totale, est fascinante.
Elle nous apprend qui si l’Histoire ne se répète pas, elle a, en ce qui concerne les rapport entre les Juifs et les Peuples, une tendance certaine à hoqueter.
Un certain M. Hitler, chancelier d’Allemagne, avait annoncé Urbi et Orbi son intention d’annihiler les Juifs d’Europe. Parce qu’il s’est trouvé de 1933 à 1945 à la tête de l’un des Etats de la planète parmi les plus puissants et les plus avancés technologiquement, il a largement réussi à mener à mal ce meurtre sélectif de masse en assassinant, avec beaucoup de complices, plus de six millions de Juifs européens. C’est cette catastrophe morale pour l’humanité entière que les Juifs désignent sous le nom hébraïque de Shoah.
Aujourd’hui AHMEDINAJAD et ses comparses à la tête d’un vaste Etat peuplé de plus de 70 millions d’habitants ne manquent pas une semaine sans une déclaration explicite sur leur ferme intention de rayer l’Etat juif souverain et ses six millions de Juifs de la carte.
Le régime des Ayatollahs ne se contente pas de paroles: il met son pays et ses citoyens en coupe réglée pour développer tous les systèmes d’armes qui mettront ces dirigeants en position de passer à l’acte. Ils financent à grands frais un terrorisme agressif tant du Hezbollah au Liban que du Hamas à Gaza. 
Ils mettent au point une technologie indépendante de lanceurs a courte, moyenne et longue portée capables de contenir des ogives nucléaires, des sous-marins et surtout des centrifugeuses placées à des centaines de mètres sous terre pour enrichir l’uranium à des concentrations bien supérieures à toutes les utilisations civiles, alors qu’ils disposent sous forme de pétrole, de sources d’énergie considérables pour couvrir tous leurs besoins.
Tout le monde le sait, tout le monde entend les menaces quasi quotidiennes de destruction des Juifs. Et pourtant, il est de bon ton, dans les médias de l’Occident démocratique, de fustiger l’ »agressivité israélienne », comme s’il s’agissait d’une évidence.
De quel côté se trouvent les malades mentaux? Est-ce que se sont les Juifs qui auraient la maladie de la persécution ou bien est-ce que certaines « élites » de l’Occident qui nanties d’une mémoire si faible, font semblant d’ignorer que l’Europe est tout autant menacée qu’Israël par la bombe iranienne, voire davantage?
Il faut dire que les Européens se sont tellement habitués à mentir et à se mentir devant la montée de l’Islam dans leurs pays et ses conséquences sur leurs sociétés, qu’ils ne sont pas à une information tronquée près sur l’affaire iranienne…
La situation se complique encore par l’ambiguïté de la position du président des Etats-Unis, Barak Hussein OBAMA, dont l’éducation s’est faite en pays musulman et qui prétend en paroles vouloir empêcher l’Iran d’accéder à l’arme nucléaire, mais en sous-main, désavoue la volonté propre de l’Etat d’Israël de détruire ou au moins de retarder sensiblement cette opération iranienne, pendant qu’il en est encore temps.
Personne n’ignore en Israël, le coût humain et matériel possible d’un affrontement immédiat avec les Iraniens. Leurs bases avancées aux frontières d’Israël très près des centres de population juifs, et leur capacités prouvées d’utilisation de missiles à longue portée sur les villes d’Israël, exigeraient une riposte massive de la part des Hébreux, au Liban, à Gaza et ailleurs, sans commune mesure avec les affrontements limités précédents, et qui auraient toutes les chances de changer durablement la carte du Moyen-Orient.
Mais la perspective d’un Iran nucléaire chiite extrémiste est mille fois pire. En Déclenchant à coup sûr une course à l’armement atomique dans tout le Moyen-Orient, puisque, l’Egypte, la Syrie, la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Irak deviendraient aussitôt des candidats sérieux pour l’accès aux mêmes armements, une telle issue changerait la carte stratégique du monde et mettrait immédiatement l’Occident en position de faiblesse et Israël en danger immense et permanent.
Il reste surprenant que la haine d’Israël obscurcisse à ce point le mental de tant d’Européens concernant leur propre sort. Mais du moins cette aversion explicite a l’avantage de confirmer sans ambiguïté aux Juifs qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour assurer leur défense et leur avenir. 
Grâce à D., à son génie inventif, et à sa volonté de vivre inébranlable, Israël a rassemblé quelques moyens pour vaincre.

Même une nouvelle campagne médiatique mensongère contre Israël des Européens et singulièrement des Français, n’entamera pas la volonté prudente mais déterminée de l’Etat juif souverain d’assurer coûte que coûte sa sécurité et son avenir florissant.
Léon ROZENBAUM - sourceisrael
    http://www.israel-flash.com/2012/09/ahmadinejad-veut-exterminer-pres-de-2-millions-disraeliens-non-juifs-dont-95-de-musulmans/#axzz26QCYjqSY
    Repost 0
    13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 18:16


    Pour l’Etat juif qui demeure le plus fidèle des alliés cela est grave et très inquiétant. Devant la menace la plus dangereuse du siècle, celle de la bombe atomique des ayatollahs, nous devons rapidement en tirer des leçons. 
    Les Etats-Unis sont en train de déployer en Libye une unité anti-terroriste (composée d’une cinquantaine de soldats d’élite) faisant partie de la Marine « FAST team » (Fleet Anti-Terrorism Teams) suite à l’attaque du consulat US à Benghazi par des islamistes qui a fait 4 morts coté américain dont l’ambassadeur Chris Stevens.
    Obama a déclaré :  »Ne vous méprenez pas, justice sera faite ».  source :theatrum-belli
    par Freddy Eytan
    Le Cape de Jérusalem
     
    Depuis les attentats spectaculaires du 11 septembre 2001 contre l’Amérique, le combat inlassable contre le terrorisme n’a pas cessé un seul jour, mais il a fallu plus de dix ans à la CIA pour réussir à tuer le chef commanditaire, le tristement célèbre Oussama Ben Laden.
    En dépit du combat tous azimuts contre l’Axe du Mal, les islamistes de tous bords, chiites et sunnites, continuent sans crainte à dicter leur loi fanatique et à propager le culte de la mort. Ces groupes extrémistes tels qu’al Qaïda rêvent d’instaurer un sinistre objectif, à savoir un califat de l’Indonésie au Nigéria dont le centre serait al Qouds…
    Ces « fous d’Allah » se permettent de  ravager, d’incendier et tuer tous les objectifs infidèles. Ces barbares ont franchi toutes les lignes rouges, couleur sang! Désormais, les ambassades, lieux sanctuaires des diplomates ne sont plus protégés, les lois internationales sont bafouées; les drapeaux des pays occidentaux dont celui de l’étoile de David sont piétinés et brûlés avec une haine féroce et devant des foules en délire.
     Après une longue décennie de confrontation nous constatons que les résultats sont néfastes. L’Occident a échoué dans sa politique et cet échec est cuisant sur tous les plans et dans tous les domaines. La peur d’affronter directement les « fous d’Allah » dépasse l’entendement. Des reportages éloquents diffusés ces jours-ci à la télévision israélienne prouvent que la crainte est criante. La perplexité  sera   toujours  à double tranchant. Culpabilisée par la colonisation en Europe ou complexé par le racisme noir en Amérique, les deux continents hésitent  d’agir sans merci  pour des raisons également  mercantiles, par manque de leadership et surtout d’audace.
    Le « Printemps arabe » transformé en révolte islamiste à la chaîne et les massacres quotidiens en Syrie, ont laissé l’administration Obama perplexe, voire indifférente. Par manque de vision, par sous estimation du monde islamique et par l’absence de renseignements fiables, les Occidentaux et en particulier les  Américains ont perdu des fidèles  alliés et toute influence dans les Etats devenus islamistes. Plus grave encore, ils risquent ainsi de légitimer indirectement les « représailles »  des « fous d’Allah » contre la moindre  tentative d’éclairer les esprits et d’apporter des aspects et des versions différentes de l’Islam. 

    Hier le déchainement était contre Salman Rushdie pour la publication de son roman « les versets sataniques », puis contre des caricatures du prophète Mahomet publiées dans la presse et notamment à la une de Charlie Hebdo, et récemment contre la diffusion d’un film insultant sur la vie du prophète.   

    Certes, nous condamnons vigoureusement la provocation et nous devrions respecter toutes les religions, mais il est inadmissible que des extrémistes nous dictent leur loi en imposant un agenda  obscure et en nous empoisonnant la vie quotidiennement! Les barbares devraient savoir qu’en Occident et dans toutes les démocraties, les règles sont différentes et les hors la loi sont jetés en prison. La liberté d’expression est chez nous sacrée contrairement à ceux qui la qualifient de sacrilège!
    En pleine campagne électorale, et au risque de perdre des voix, le président Obama a réagi timidement et sans vigueur après l’attaque contre le consulat américain à Benghazi. Il ne s’agit pas simplement de condamner, de renforcer les effectifs  et de promettre que justice sera faite. Les terroristes islamistes comprennent un autre langage. Rappelons qu’en juin 1982, Menahem Begin avait lancé son opération militaire contre l’OLP au Liban au lendemain de l’attentat contre notre ambassadeur à Londres Shlomo Argov. 

    Et que le président Ronald Reagan n’a pas hésité en avril 1986 d’expédier 45 avions de chasse et larguer plus de trois bombes sur des casernes, camps militaires et aérodromes en Libye en apprenant que Kadhafi était responsable de l’attentat d’une discothèque fréquentée par des militaires américains à Berlin-Ouest. Ce fut une autre période où les terroristes tremblaient et n’osaient sortir de leurs trous. On respectait la force des Américains et la dissuasion l’emportait tout naturellement.
    Aujourd’hui nous vivons dans un monde où les voyous dictent leur lois et les chérifs tremblent avant de tirer sur la gâchette. Comment ne pas interpréter de casus belli l’assassinat de l’ambassadeur et trois autres diplomates américains, ainsi que la mise à sac et à feu du consulat à Benghazi? La défaillance des services américains n’est-elle pas flagrante? Les autorités libyennes ne sont-ils pas responsables du fiasco sécuritaire dans un pays toujours plongé dans le chaos total?  Décidément, l’Amérique  est méconnaissable et s’est bien affaiblie durant ces dernières  décennies, en fait, depuis l’époque de l’administration Carter, lors de la prise d’otages des diplomates à l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran par les ayatollahs et en connivence avec l’OLP d’Arafat. Le prestige et l’influence des pionniers du Far-West se trouvent hélas en déclin.
    Pour l’Etat juif qui demeure le plus fidèle des alliés cela est grave et très inquiétant. Devant la menace la plus dangereuse du siècle, celle de la bombe atomique des ayatollahs, nous devons rapidement en tirer des leçons.
    Freddy Eytan
     
    On aurait voulu rajouter suite à l’envoi tardif  de ce commando, que dans ce cas il vaut prévenir que guérir

    Voici un autre texte qui explique l’actuelle situation en Irak
    Source Zone militaire

    Danger(s) sur l’Irak

    L’Irak n’a jamais vendu autant de pétrole depuis 30 ans. En août dernier, les exportations irakiennes d’or noir ont atteint 2,565 millions de barils par jour (mbj), ce qui a rapporté  plus de 8,4 milliards de dollars dans les caisses du pays, qui dispose de réserves d’hydrocarbures parmi les plus élevées du monde. Peut-on dire que tout va donc pour le mieux? Pas vraiment…
    1- Affilié à al-Qaïda, l’Etat islamique d’Irak (ISI) reste plus actif que jamais
    Depuis le départ des troupes américaines, en décembre 2011, l’Etat islamique d’Irak a intensifié ses actions en menant plusieurs attaques simultanées particulièrement meurtrières.
    Pendant le dernier ramadan (21 juillet-18 août), l’organisation a revendiqué pas moins de 131 attaques ayant visé les forces de sécurité irakiennes et les milices anti-al-Qaïda des Sahwa (Le réveil). Au moins 400 personnes y ont laissé la vie. Pour l’ISI, ces attentats ont été perpétrés dans le cadre de son opération “Abattre les murs”.
    “La priorité est de libérer les prisonniers musulmans où qu’ils se trouvent, puis de traquer et éliminer les juges, les procureurs et ceux qui les protègent” a ainsi expliqué son chef, dans un message relayé par un site jihadiste en juillet, lequel a été le plus meurtrier que le pays a connu en deux ans.
    L’ISI a également revendiqué la vague d’attentats qui ensanglanté l’Irak, le 9 septembre, en faisant 115 tués et 500 blessés. L’une des attaques a d’ailleurs visé le consulat de France à Nassiriya. Dans son message, l’organisation a fait valoir qu’il s’agissait d’une “réponse à la campagne de liquidation et de torture des prisonniers sunnites incarcérés dans les prisons (chiites).”
    2- Un climat politique détestable
    Coïncidence ou pas, toujours est-il que cette dernière série d’attentats a pratiquement eu lieu au même moment où la justice irakienne condamnait à mort l’ancien vice-président (2005-2011) Tarek al-Hachémi pour avoir commandité les meurtres d’une avocate et du général Talib Belassim.
    A lire également
    axe chiite

    L’Iran (maître de Bagdad) utilise l’espace aérien irakien pour livrer des armes, du matériel et des hommes à Assad

     
    L’Irak véritable bombe à retardement, ou plutôt Iran bis !
     

     

    Renseignements :le Triangle Syrie, Irak, Iran conduit la Turquie sur une pente glissante

     
    Voici une analyse très interessante qui démontre que les enjeux régionaux sont énormes, et que la crise syrienne est très dangereuse pour ses voisins.
     
     
     
      http://www.israel-flash.com/2012/09/lechec-de-loccident-dans-la-confrontation-avec-les-fous-dallah/#axzz26QCYjqSY
      Repost 0
      13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 17:39
      Images chocs de ces beaux révolutionnaires si chers à Bernard Henri Levy et Sarkozy… 

      Les fameux révolutionnaires, armés d’armes de guerre et de roquettes RPG, tuent assassinent les méchants américains le 11/09 comme par hasard… 


      Repost 0
      13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 17:19
      A LIRE TOUS LES JOURS...


       

      Roi des rois, Le Saint Béni Soit Il, Maitre du monde, Ribono Chel Olam, Merci .....

       
      Merci de me permettre d'etre debout, ici devant TOI, pour TE remercier, et tout ce que je pourrai dire ne serait RIEN par rapport à tout ce que je devrai TE dire pour TE remercier. Car tout vient de TOI, TU m'as tout donné, avec grâce, bonté et miséricorde. merci pour toutes les choses du monde.

       
      Merci pour toutes les nombreuses fois, sans fin, où TU m'as aidé. TU m'as soutenu, TU m'as délivré, TU m'as sauvé, TU m'as réjoui, TU m'as guéri, TU m'as protégé, TU m'as encouragé.

      Merci d'être toujours avec moi.
      Merci de me donner la capacité de faire des mitsvoth, la force de faire des actes de bonté, la force de prier.

       
      Merci pour toutes les fois où TU m'as aidé sans que je n'ai su TE dire Merci.
      Merci pour toutes les bontés que TU m'as fait à chaque instant de ma vie.

      Merci pour chacune de mes repirations.

       
      Merci à TOI, Roi des rois, pour toutes les choses que je n'ai pas.

      Merci aussi quand parfois c'est dur pour moi.
      Merci quand parfois je suis triste, car je sais que tout est pour mon bien, et même si parfois je n'ai pas vu que c'était pour mon bien, profondément au fond de mon coeur, je sais que tout ce qui provient de Toi n'est que pour mon bien ultime, et que cela été fait pour moi, personnellement, par l'intermédiaire de TA providence divine, précise et parfaite, comme seule le Roi des rois peut le faire.

       
      Merci lorsque quelques fois cela est dur pour moi, car ce n'est qu'ainsi que je peux valoriser le bien car ce n'est qu'après avoir été dans l'obscurité que l'on peut valoriser la lumière.

       
      Merci pour la vie merveilleuse que TU m'as donné.
      Merci pour toute chose aussi insignifiante soit elle, car tout ce que j'ai, c'est TOI qui me l'a donné et personne d'autre.
      Merci d'entendre toutes mes prières.

       
      BORE OLAM, Maitre du monde, je TE demande pardon du plus profond de mon ceour si il y a des fois où je n'ai pas su valoriser ce que TU m'as donné.
      Je TE demande pardon pour les fois où au lieu de te remercier, je me suis plaint.

       
      Je ne suis que poussière et cendres et je retournerai à la poussière, et TOI tu es tout mon univers.

       
      JE T'EN SUPPLIE, NE T'ELOIGNE JAMAI DE MOI ................... AMEN !
      CHANA TOVA ! ................ HAG SAMEAH ! ...............

       
       
       
      Repost 0
      13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 14:03

      Avant de le présenter officiellement au Mondial de l’Automobile de Paris (qui ouvrira ses portes au public le 29 septembre), Peugeot vient de dévoiler sur Internet son tout nouveau concept-car baptisé ONYX. La sportive hybride française n’a rien à envier aux plus belles allemandes.  

       
      Ce sera incontestablement l’une des stars du Mondial de Paris. Le concept-car ONYX, présenté aujourd’hui par Peugeot,  impressionne tant par son design – et notamment son habitacle sculpté – que par ses performances. Avec sa carrosserie carbone brut et noir mat, son aileron arrière rétractable et ses phares dignes de la BMW i8, la sportive du Lion n’a pas à rougir devant la concurrence étrangère.

       
      Malheureusement, Peugeot n’a pas l’intention de la commercialiser. Ce véhicule restera à tout jamais un concept. Dommage, car il avait des arguments convaincants. Sous le capot, se cache en effet un moteur hybride diesel V8 3,7 l de 600 chevaux (+80 ch grâce au moteur électrique). C’est ce même bloc qui aurait dû équiper la 908 hybride, la voiture d’endurance du constructeur, avant que le groupe décide de se retirer de la compétition.

       
      Rendez-vous à partir du 29 septembre prochain à la Porte de Versailles pour admirer ce concept-car. Et pour ceux qui n’auront pas la chance de pouvoir s’y rendre, nous vous proposerons d’autres clichés puisque nous serons sur place.





      Repost 0
      Published by catger - dans VOITURES
      commenter cet article
      13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 08:04
      4JF_kM5.jpg
      LOIS CONCERNANT ROCH HACHANA

      Cliquez sur www.judaisme.org 


      Jeudi 13 septembre 2012, 26 Elloul 5772

      Vœux de bonne année du Rav Chlomo Atlan en vidéo : cliquez ici :http://www.youtube.com/watch?v=f4F_kgGBDrE
       
       

      Traditions le jour de Roch Hachana :

      Après l'office de Minha du premier jour, on se rendra auprès d'un fleuve, d'une rivière, d'un lac, pour réciter Tachlikh qui symbolise la destruction des péchés dans la mer. Si le premier jour tombe un Chabbat, on récitera Tachlikh le second jour, afin de ne pas porter les livres durant Chabbat.
      Références : Chaâr Hakavanot page 90b, Maâril Halakhot Roch Hachana Siman 9, Tsiporen Chamir Siman 12, Yalkout Chimoni Parachat Vayéra siman 99, Taâmé Hamin’haguim Ot 724, Rabbi Yossef Chalom Auerbach dans Achré Aïch volume 3 page 86.
       
      Halakha N°1
      a) Il faut être vigilant à ne pas se mettre en colère le jour de Roch Hachana.
      b) Certains ont l'habitude, lors de la Bérakha de Motsi, de tremper le pain dans du miel ou dans du sucre et aussi de le tremper dans le sel, car la valeur numérique de DVACH (miel) est 306, Av Hara'hamim, D. de Miséricorde.
      c) Certains ont l'habitude de s'abstenir de manger des noix et des raisins noirs ainsi que des aliments amères, aigres, ou au goût relevé le jour de Roch Hachana.
      d) Nous avons l'habitude de ne pas dormir pendant la journée de Roch Hachana si quelqu'un est très fatigué et doit absolument dormir pendant la journée de Roch Hachana, il lui est permis de dormir après la moitié de la journée.
      Références : Rabbi Moché Isserlas, le Hatam Sofer, Maguen Avraham siman 583 Saïf Katan 4, Séfer Maassé Rav Ot 204, Michna Béroura siman 600 saïf Katan 4, Kaf Hahaïm siman 583 Ot 3, plusieurs livres des Minh’agué Israël.


      Halakha N°2
      e) Certains ont l'habitude de terminer 2 fois la lecture du livre des Téhilim et aussi d'étudier après le repas, la Mishna du traité Roch Hachana, accompagnée des commentaires.
      f) Certains ont l'habitude de consommer de la viande grasse, des douceurs ainsi que des raisins blancs.
      g) Certains ont l'habitude de s'abstenir de rapport conjugaux à Roch Hachana (les deux nuits), Chémini Atsereth, Pessah, la 1ère nuit et Chavouôt, sauf si la nuit d'immersion au Mikvé coïncide avec l'une de ces dates (Michna Béroura 240). 
      Toutes ces dates ne sont pas frappées d'interdiction mais comme recommandation par des décisionnaires allant selon la Kabala.
      Références : Rabbi Yossef Caro dans le Choul’han Aroukh siman 615, Rabbi Moché Isserlas Choul’han Aroukh siman 583 au nom du Yeroushalmi, le Chlah Hakadoch page 213, Rabbi Yossef Haïm dans le Ben Ich Haï Parachat Nitsavim, Rav Ovadia Yossef dans H’azon Ovadia Yamim Noraïm page 61, Matté Ephraïm siman 598, Halikhot Chlomo page 21.
       
       
      .download?mid=2%5f0%5f0%5f1%5f372592%5fAK

      4JF_l82.jpg
      Ton secret est ton esclave, mais si tu le laisse s’échapper il deviendra ton maître.
       
      4JF_kNH.jpg
      Hiloulot
      Allumez des bougies Léilouy Nichmatam et par leur mérite, Bézrat Hachem, toutes vos prières seront acceptées par Hakadoch Baroukh Hou, Amen.
      Jeudi 13 septembre 2012, 26 Elloul 5772
      Rabbi Avraham Bensoussan z.t.l de Debdou, Maroc
      Rabbi Yossef Algaz z.t.l Rabbin de Tunisie
      Rabbi Yits’hak Alafiah z.t.l, auteur du  pamphlet "HaYa'hieli".
      Rabbi Chlomo Hazan z.t.l, auteur du "Choul’han HaZahav".
      Rabbi Haïm Pinto z.t.l (le 1er) de Mogador
      Rabbi Éliyahou Tsarfati z.t.l de Fès

      4JF_kMO.jpg
      Réfoua Chéléma
      Hagaon Rabbi Obadia ben Gorgia Chlita
      Hagaon Rabbi Yaacov Haï Ben Margalit
      Sarah bat Fortunée
      Levana bat Rivka Kitri
      Odaya Liliane bat Fortunée
      Tsiyon Tal ben Rahel
      Rahel bat Hanna
      Hanini Ninette bat Nejma 
      Valérie bat Danielle
      Deborah bat Nathalie
      Moché Yona ben Michèle Messaouda
      Bernard Yitshak ben Luce Yossefa
      Esther bat Freha Feredj
      Oz ben Yaël Simha
      Ephraïm ben Myriam
      Georges David ben Esther
       Sarah bat Haya Vana Levana
      4JF_kMM.jpg
      Léilouy Nichmat
      Les Halakhot sont dédiées aux 4 victimes du terrorisme de Toulouse et aux victimes de l'attentat de Bulgarie, Hachem Y.D.
      Hagaon Rabbi Mordékhay Tsémah ben Mazal Z.T.LHagaon Rabbi Nissim ben Mazal Tov Toledano Z.T.L
      Hagaon Rabbi Yossef Chalom Ben Haya Moucha Z.T.LGeorges Its’hak ben Chlomo Z.L
      Sarah Suzanne bat Roza Z.L
      Fortunée bat Camille Camouna Z.L
      Gérard Guérchon Khélfa ben Georges Itshak Z.L
      Tsipora bat Chlomo Z.L
      Choulamit bat Léa Z.L
      Eliyahou ben Yaacov Haï Guez Z.L
      Moché ben Zraïda Z.L
      Joseph ben Guémara Z.L
      Richard Hamouch ben Chelbiya Z.L

      4JF_kO4.jpg
      Vidéos de Rav Atlan
      4JF_kMK.jpg
      Archives des Halakhot
      4JF_kUw.png
      Site de Torah en Vidéo
       
      Repost 0
      12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 19:09
       



      Car cette mitswa que je t’ordonne n’est pas au-dessus de tes moyens ni éloignée de toi. Elle n’est pas dans le ciel ni au-delà des mers pour que tu dises qui pourra y accéder et nous l’apporter, qui pourra nous la faire comprendre afin que nous la fassions ? Car la chose est très proche de toi,dans ta bouche et dans ton cœur afin que tu la fasses ».

       
      Rabbi Nathan de Breslev enseigne :
       
      “Si D-ieu avait demandé de monter jusqu’au ciel pour appliquer laTora, c'est-à-dire s’adonner immédiatement à des dévotions élevées, il aurait fallu le faire. Car il convient à l’être humain de servir D-ieu au plus haut niveau. Néanmoins Hahem désire notre bien et Il connait notre inclination à faire le mal et notre nature terrestre. Il sait qu’il n’est pas possible de commencer à Le servir avec des dévotions élevées jusqu’au ciel.
       
      S’il n’avait pas voulu des pratiques simples des gens simples et kachers, la majorité d’entre nous n’aurait plus d’espoir. C’est la raison pour laquelle la Tora nous prévient : Elle n’est pas dans le ciel, et elle termine en disant : Car la chose est très proche de toi, dans ta bouche et dans ton cœur afin que tu la fasses.

       
      D-ieu ne demande pas de comptes pour des choses qu’on ne peut pas encore faire mais Il désire qu’on fasse ce qu’on peut, selon son niveau. La Tora et la dévotion qu’Il attend de toi sont très proches, c'est-à-dire que tu dois t’élever graduellement, en progressant au niveau supérieur qui est très proche de toi” (Liqouté HalakhothTéroumoth ou Ma’asséroth 3:10).

       
      La dévotion est une question de mesure. La démesure consiste à aller trop vite ou à ne pas commencer du tout.

       
      Roch Hachana arrive et nous sentons qu’il faut prendre de bonnes résolutions pour bien commencer l’année. Néanmoins il y a une erreur à ne pas commettre : celle de croire que cette bonne résolution doive être drastique pour valoir quelque chose, comme dit le langage populaire “ou tout ou rien !”.
       
      Parce qu’elles ont l’impression qu’une bonne résolution doit être de taille, certaines personnes ne la prennent jamais car elle est beaucoup trop lourde pour eux. D’autres, sous le coup d’un enthousiasme démesuré ou de la pression d’une foule et-ou d’unTsadiq, prennent sur eux une mesure de piété bien au-dessus de leurs capacités et l’abandonnent plus tard avec la conviction que la Tora est beaucoup trop exigeante.

       
      En vérité, si l’on était proche de D-ieu on verrait qu’Il n’attend de nous que les petits efforts que nous pouvons faire aujourd’hui. Parce que trop d’entre nous sont victimes du mode de pensée occidental, ils ne font même pas ce qu’ils pourraient faire, car ils imaginent que seuls les meilleurs ont de l’importance. Ils ne savent pas que pour D-ieu, chacun de nous est le meilleur. De fait, leTalmud Sanhédrine nous dit que l’être humain est obligé de dire : le monde entier n’a été créé que pour moi.

       
      D-ieu est conscient de nos difficultés et Il n’attend de nous qu’un petit effort supplémentaire qui, lorsqu’il sera bien digéré, donnera lieu à un nouveau petit effort. C’est ainsi que l’on avance et pas autrement.

       
      Allez, une bonne petite résolution pour Roch Hachana
       

      Dernier conseil pour Roch Hachana
       
      En hébreu, le mot “Roch” signifie la “tête” et Roch Hachanasignifie la “tête de l’année”. De la même manière que le corps dépende de la tête, l’année dépend elle aussi de sa tête. C’est la raison pour laquelle on n’entretiendra en ces deux jours que de très bonnes pensées (tout va bien aller, ce sera une merveilleuse année, etc.) D’ailleurs le code des lois juives nous dit d’être joyeux à Roch Hachana, c’est parce que l’état d’esprit de ces deux jours influencera le Jugement divin pour l’année à venir.
       

      Alors pensons bien et tout sera bien, amen !

       
       
      Repost 0

      Présentation

      • : Le blog de univers-des-news.over-blog.com
      • Le blog de univers-des-news.over-blog.com
      • : Comment tout savoir sur les stars : les news people, les potins, vidéos et photos de stars et de célébrités ? Surfez sur L'UNIVERS-DES-NEWS
      • Contact

      Profil

      • catger
      • http://tendancedesantipodes.blogspot.com/


  var _gaq = _gaq || [];
  _gaq.push(['_setAccount', 'UA-15905281-1']);
  _gaq.push(['_trackPageview']);

  (function() {
    var ga = document.createElement('script')
      • http://tendancedesantipodes.blogspot.com/ var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-15905281-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script')

      Rechercher

      Archives

      Pages