Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 13:07

arton15445-f16e9.jpg
D’après un article publié par le "New Yorker", des agents du Mossad se sont introduits dans l’appartement d’un officiel syrien et ont copié des dizaines de photos du site clandestin d’Al Kibar, bombardé en 2007.
Les américains ont été informés par l’agence de renseignement israélienne, mais ont refusé de mener une frappe.
Le magazine américain « The New Yorker » a publié ce lundi un long article d’investigation sur le raid de 2007 sur l’installation nucléaire syrienne clandestine par Israël.
L’affaire, qui est toujours sensible en Israël, sujette à de strictes règles de censure, a récemment fait l’objet de plusieurs enquêtes et a été citée dans les mémoires de plusieurs responsables de l’administration Bush, y compris l’ex-président lui-même.

Néanmoins, ce récit semble être la plus grande reconstitution à ce jour de la manière dont l’attaque s’est déroulée et nous révèle plusieurs détails jusqu’ici inédits.
L’auteur de l’article d’investigation est David Makovsky, un Juif américain qui a vécu en Israël pendant de nombreuses années et a servi en tant que correspondant politique du « Haaretz » et du « Jerusalem Post. »

Makovsky, maintenant un homme influentiel à l’Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient, déclare qu’il s’est fondé sur des entretiens avec une douzaine d’officiels de haut rang Israéliens et un autre douzaine de fonctionnaires américains qui ont été impliqués dans les décisions relatives à l’attaque.

Selon « The New Yorker, » Israël a d’abord soupçonné que la Syrie avait renouvelé son intérêt pour un programme nucléaire vers la fin de 2006.

Une partie de l’enquête initiale a porté sur un grand complexe "mystérieux ", en construction dans le nord de la Syrie, dans la région de Deir al-Zour .

Le 7 Mars 2007, des agents du Mossad ont perquisitionné le domicile de Vienne d’ Ibrahim Othman, directeur de l’Agence de l’énergie atomique syrienne.

Othman était à Vienne pour participer à une réunion du conseil d’administration de l’Agence internationale de l’énergie atomique des gouverneurs.

Les agents, qui n"ont laissé aucune trace de leur visite, ont fait irruption dans la maison d’Othman, piraté son ordinateur et copié environ trois douzaines de photos compromettantes du complexe.

Ce sont des photographies en couleur prises à l’intérieur du complexe syrien.

Les photos, dans lesquelles on pouvait voir des travailleurs nord-coréens, ont corroboré les soupçons en Israël : Pyongyang était en train de construire un réacteur à plutonium dans le complexe.
al_kibar_plant-b2175.jpg
L’installation, nommé Al Kibar, ressemblait à la centrale nucléaire nord-coréenne de Yongbyon.
Il a été construit près de la frontière turque et irakienne, à seulement 800 mètres ou plus de l’Euphrate.

Les analystes du Mossad qui ont étudié les photographies aériennes et les photos récupérées dans l’ordinateur de l’officiel syrien, ont déterminé que le seul objectif possible d’une telle installation serait l’assemblage d’une bombe nucléaire.
Le lendemain, Meir Dagan, le directeur du Mossad, et deux autres fonctionnaires de l’agence d’espionnage ont rencontré le Premier ministre israélien Ehud Olmert.

Après lui avoir montré les résultats, ils ont dit à Olmert qu’Israël devait agir rapidement.

Si le réacteur de plutonium en venait à s"échauffer, il y avait un risque que la moindre attaque cause des émissions radioactives qui contamineraient l’Euphrate.

Olmert a reconnu l’ampleur du dilemne de sécurité en face de lui, et se hâta de convoquer une série de consultations.
Pour éviter d’attirer inutilement l’attention sur la question, le premier ministre a tenu quelques réunions à sa résidence de Jérusalem Balfour Street, au lieu de "l’aquarium" dans le bureau du premier ministre.
Il a également consulté plusieurs de ses prédécesseurs - Shimon Peres, Benjamin Netanyahu et Ehud Barak.

Dans le même temps, des consultations ont eu lieu avec l’époque, le ministre de la défense Peretz Amir, le chef d’état major de Tsahal, Gabi Ashkenazi, le directeur du Mossad, Dagan, le directeur du renseignement militaire Yadlin Amos, et le directeur de l’agence de sécurité du Shin Bet, Yuval Diskin.
L’assemblée se réunissait en général, tous les vendredis.
Tous les participants avaient signé un accord de confidentialité.
Le 18 Avril, lors d’une réunion entre Peretz et son secrétaire homologue américain à la Défense Robert Gates, l’information a été présentée à l’administration Bush.
al_kibar_2-e2c9f.jpg
Makovsky écrit que Peretz, qui ne parle pas couramment l’anglais, a lu une partie des informations à partir d’une fiche qui avait été préparé a à son attention.
Pendant ce temps, Dagan est parti pour Washington, où il a montré aux fonctionnaires de l’administration les photos de l’ordinateur d’Othman.

Le président George W. Bush a ordonné l’ouverture d’une enquête indépendante américaine.
Bush, comme sa communauté du renseignement, ressentait toujours la brûlure de la guerre en Irak et les informations sans fondement au sujet de l’existence d’armes de destruction massive là-bas.

"Je dois être secret, et dois être sûr," le président a ordonné à ses gens à propos de l’enquête.

Les experts du renseignement américains étaient convaincus que les photos soumises par le Mossad étaient authentiques.
al_kibar_sat_image-ab5fd.jpg
"Si ce n’est pas un réacteur nucléaire, alors c’est un faux réacteur nucléaire", ont-ils dit au président.
Dans le même temps, deux équipes ont été mis en place au sein de l’administration , afin de concevoir la politique américaine apropriée pour faire face à ce problème.   Les Américains n’étaient pas trop excités par l’idée de lancer une attaque militaire US.

« Chaque administration obtient une guerre préventive contre un pays musulman, et cette administration a déjà fait la sienne », a déclaré M. Gates, sans même tenir compte du fait que Bush avait en fait attaqué à deux reprises, en Irak et en Afghanistan.
logo_olmert_rice-8ed90.jpg
Un autre problème était la perte de confiance dans les capacités des forces de défense israéliennes, par la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice après la seconde guerre du Liban.
« Condi pensait que l’armée israélienne n’était pas fiable et qu’ils ne sont plus les mastodontes avec qui nous avions grandi ", a déclaré un participant aux délibérations de l’administration.

Rice craignait qu’une attaque sur le réacteur mène à la guerre entre Israël et la Syrie et le Hezbollah, et elle ne voulait pas mettre en péril la conférence de paix israélo-palestinienne qu"elle était sur le point de convoquer à Annapolis, ou les délicates négociations alors en cours entre les grandes puissances et la Corée du Nord.  

Le 17 Juin, le président Bush a convoqué une réunion avec des cadres supérieurs et des responsables du renseignement.
Le Directeur de la CIA, Michael Hayden, a confirmé que « Al Kibar faisait partie d’un programme d’armes nucléaires » et que « nous ne voyons pas d’autres finalité de l’installation."
Il a souligné, toutefois, que les services de renseignement n’avaient pas encore dévoilé des preuves des « autres éléments essentiels d’un programme d’armement" dont l’objet serait le développement d’une ogive nucléaire.

Par conséquent, Hayden a prudemment caractérisé cette conclusion de "peu fiable".

"Une fois que ces paroles ont été prononcées, Makovsky écrit, Bush a estimé qu’il n’avait plus le fondement politique pour justifier une frappe préventive américaine contre la Syrie.

enewsletter-a2fd-9e899.jpg

Le président a dit Olmert qu’en l’absence de preuve de l’existence d’un programme d’armes syrien, il ne serait pas en mesure d’attaquer.

Olmert a imploré Bush et son vice-président, Dick Cheney, de mener l’attaque sur l’installation syrienne.
En faisant cela, Olmert a dit que l’Amérique ferait « d’une pierre deux coups », parce que l’attaque dissuaderait également l’Iran de faire avancer son programme nucléaire.
Il a en outre déclaré que si les Etats-Unis n agissaient pas, Israël aurait à traiter le problème à lui seul.

Le 12 Juillet, au premier anniversaire du déclenchement de la seconde guerre du Liban, M. Bush a convoqué une autre réunion.

Le président voulait envoyer un émissaire spécial au président syrien, Bachar el-Assad, et lui lancer un ultimatum à démanteler le réacteur, sous la supervision des cinq grandes puissances qui sont membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Le lendemain, Bush a téléphoné à Olmert.
Si l’Amérique attaque, a fait valoir le président, l’administration devra informer le Congrès que le bombardement a été réalisé sur la base des conclusions de renseignements israéliens.

Est-ce qu’Israël veut vraiment que cela soit rendu public ?
Olmert a averti que l’ouverture d’un canal diplomatique était de nature à permettre à Assad de gagner du temps, et en attendant, le réacteur aurait le temps de s"échauffer.

Elliot Abrams, le conseiller à la sécurité nationale adjoint, a dit lors des consultations qu’à partir du moment que les intentions d’Assad sont mises à jour, qu’est-ce qui empêcherait le dirigeant syrien de mettre une crèche à proximité du site ou de déployer des armes antiaériennes pour repousser une attaque ?
Les Etats-Unis et Israël, écrit Makovsky, étaient d’accord sur la situation et les risques encourrus, mais divergeaient quand aux décisions à prendre, sur la manière de s’occuper du réacteur syrien.

Olmert avait peur de l’éventualité que n’importe quel officiel américain qui n’approuvait pas l’attaque israélienne puisse être tenté de la saboter par des fuites d’informations.

Bush lui garantit que tous son staff resterait « verrouillé ».
Et pourtant, il comprenait la postion d’Olmert. "Olmert a déclaré qu’il n’avait pas demandé à Bush un « feu vert », mais Bush n’a pas donné à Israël de “feu rouge” », un ancien général israélien a dit Makovsky.

"Olmert n’y a vu que le vert."

Dans le même temps, Israël a passé en revue ses propres options opérationnelles : une attaque à grande échelle aérienne (surnommé "Gros Shkedi," d"après le commandant major général Eliezer Shkedi de L ’IAF), une attaque aérienne limitée (appelée « Petit Shkedi ," bien sûr ), ou une attaque au sol par des forces spéciales.

L’opinion en vigueur en Israël, c’est que dans le cas d’une attaque à profil bas, Assad choisirait de ne pas répondre militairement, préférant cacher le fait qu’il avait mis au point un programme nucléaire en violation de ses obligations envers l’Agence internationale de Agence de l’énergie.
Les psychologues consultés par l’armée israélienne ont estimé que si Israël n"embarrassait pas Assad en déclarant publiquement sa responsabilité dans l’attaque, le président syrien bénéficierait d’une « zone de déni » qui lui permettrait de ne rien faire.

Au cours des consultations, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et des représentants du Mossad et Tsahal étaint en faveur d’une attaque à profil bas, pour les mêmes raisons .
En Juin, un commando Israélien des forces spéciales a été envoyé sur le territoire syrien, il a rassemblé des échantillons de sol et a réussi à photographier clandestinement le commplexe du réacteur à partir d’une distance d’environ 1.500 mètres !.

Dans le même temps, Ehud Barak a limogé Amir Peretz, le ministre de la Défense.

Makovsky écrit que Barak a cherché à retarder l’attaque pendant un certain temps afin de permettre à Tsahal de mieux se préparer à une contre-attaque syrienne.
Olmert, d’autre part, subodorait que le nouveau ministre de la Défense attendait tout simplement la sortie du rapport final de la Commission Winograd sur la conduite de la seconde guerre du Liban, qui devrait être publié quelques mois plus tard, dans l’espoir que M. Olmert démissionne et Barak pourrait alors mener l’attaque.

(Cette question d’un vif désaccord entre Barak et Olmert, qui est seulement effleurée ici, à cause des restrictions imposées par la censure en Israël).

Au cours des prochaines semaines, six réunions du cabinet de sécurité ont eu lieu sur la question.

"C’est peut-être les séances les plus intenses dont je peux me rappeler , au sein du cabinet de sécurité », a déclaré l’un des ministres à « The New Yorker. »   Le 1er Septembre, le lieutenant de M. Olmert, Yoram Turbowicz, a informé la Maison Blanche qu’Israël avait presque terminé ses préparatifs pour une attaque.

Le Mossad a également mis à jour son homologue britannique, le MI6, sur les détails de l’attaque,sans fournir d’informations sur le calendrier.

Le 5 Septembre, le cabinet a délibéré pour la dernière fois.
Tous les ministres ont voté en faveur d’une attaque, sauf pour Avi Dichter, qui s’est abstenu.
Olmert, Barak et Livni ont été autorisés par le Cabinet à décider da la date et de la nature de l’attaque.
Les trois se retirèrent dans une pièce à côté, où le chef d’état-major Ashkenazi leur recommanda que l’attaque soit menée cette nuit-là, dans le format « Petit Shkedi ».
Son avis a été retenu.

Vers minuit, une formation de quatre avions F-16 et une formation de quatre avions F-15 a décollé des bases de l’IAF.
 Selon Makovsky, l’un était la base aérienne de Ramat David dans le nord d’Israël.

Les avions ont volé au nord le long de la côte méditerranéenne et ensuite vers l’est le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie.

Les avions utilisaient l’équipement de brouillage électronique qui aveuglait le réseau Syrien de défense aérienne .
Olmert, Barak et Livni ont suivi l’opération depuis le centre souterrain de commandement et de contrôle connu comme "la fosse" au siège de l’armée israélienne Kirya à Tel-Aviv.
Quelque part entre 12 heures 40 et 12 heures 53, les pilotes prononcèrent le nom de code généré par ordinateur de la journée, "Arizona", ce qui signifiait que 17 tonnes de bombesvenaient d’être larguées sur le complexe dans la Syrie du nord.

« Il y avait un sentiment intense de bonheur.
Le réacteur était détruit et nous n’avons pas perdu un pilote ", a déclaré un haut responsable israélien.

Entre 10 et 35 travailleurs de l’usine ont été tués.
Quelques minutes après l’attaque, Olmert a fait un appel téléphonique de son bureau de la Kirya au président Bush, qui était en Australie pour une visite.

« Je veux juste vous faire savoir que quelque chose qui a existé n’existe plus », a dit le premier ministre au président. Le lendemain, la Syrie a édité un communiqué de presse ridicule selon lequel son système de défense antiaérienne avait repoussé les avions israéliens qui étaient entrés dans l’espace aérien syrien, et que « l’avion attaquant avait fui après avoir laché ses bombes dans des zones désertiques sans causer de dégâts humains ou matériels » .

"L’analyse psychologique s’est révélée exacte : Assad se sentait suffisamment en sécurité dans sa« zone de déni »et une réponse militaire à l’attaque a été évitée.

Au cours des semaines à venir, Israël a informé la Jordanie et l’Egypte de l’attaque, mais a demandé à ses dirigeants de garder le silence sur la question.

Olmert s’est rendu à Moscou et a mis à jour les dirigeants russes, il a ensuite informé le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, lors d’une réunion, à Londres.
Un désaccord s’est développé au sein de l’administration Bush quant à la nécessité ou non d’exposer l’affaire.

Le Vice-président Cheney a fortement recommandé de la rendre publique , dans le cadre de la campagne qu’il menait contre la Corée du Nord et son rôle dans l ’« axe du mal ».
Rice craignit que la publicité eût une incidence négative dans les intentions des superpuissances vis-à-vis de Pyongyang.
C’est Condoleeza Rice qui l’a emporté.

Ce n’est qu’à un stade ultérieur que des responsables américains, dont le président Bush dans ses mémoires, commencent à se référer à l’attaque.
À ce jour, l’Israël officiel garde le silence sur l’opération.
Traduction de Thierry Fhima/JForum

d’après l’article d’ Amos Arel /Haaretz « Five years on, new details emerge about Israeli strike on Syrian reactor »
 

enewsletter-a2fd-9e899.jpg


5 Messages de forum

  • article intéressant ! un seul bémol , le terme " atomisé " quand on sait que les sites juifs sont passé a la loupe par les antisionistes , nous leurs donnons du grain a moudre ! ils sont capables de dire puisque c est des juifs qui le disent c ’est vrais ! israel a utilisé ses armes nucléaires en syrie !
  • En effet, le terme atomisé est impropre puisque ce sont des armes "conventionnelles" qui ont été utilisées pour détruire la centrale nucléaire de Tamouz en Syrie. Sachant qu’il y a parmi ces armes "conventionnelles" des bombes qui n’ont pas grand chose à envier à l’atome.
    En revanche, si l’Iran lançait un seul missile sur Israel, qu’il soit conventionnel, chimique ou atomique, il recevrait en retour un déluge de bombes nucléaires et serait détruit en totalité, que ce soit depuis le sol israélien ou depuis les sous-marins de Tsahal qui naviguent un peu partout dans les eaux internationales. Les iraniens le savent et malgré leur haine chronique des Juifs et d’Israel, ils ne prendront pas ce risque suicidaire.
    Ceci étant, le nombre de nos détracteurs oblige à bien peser chaque mot avant de publier un article de cette nature.
  • Si Israël n’avait pas détruit cette centrale nucléaire, aujourd’hui avec la situation en Syrie elle serait tombée entre les mains des opposants au régime de Bachar Al Assad qui sont en majorité des islamistes. Et la bombe syrienne deviendrait une menace épouvantable pour le monde libre. Et personne ne reconnait l’immense service que ce monde libre doit à la pugnacité, au courage et à l’action d’Israël. Ce fut la même chose avec Osirak qui s’il n’avait pas été détruit par Israël aurait changé la face de la guerre du Golfe et la chute de Sadam Hussein. C’est cette analyse qu’il faut mener avec l’Iran. Israël pour son bien, mais aussi pour celui de tout le monde Libre doit détruire ces installations de mort qui rendraient s’ils aboutissaient à la bombe le régime honni des Ayatholas indestructible !
  • J’attends avec la plus grande impatience la destruction des sites atomiques iraniens, car, je l’espère, cela aura lieu un jour ou l’autre ! Et même si cela devait se produire un jour comme le Yom Kippour, eh bien je peux vous assurer que je romprais mon jeûne pour sabler le champagne, et du bon ! En priant D.ieu qu’il veuille bien excuser cette démarche pour le moins euphorique ! Allez, buvons ! Et que la paix règne sur la terre, comme disent si bien les francmaçons, et que les ayatollahs crèvent en enfer, ils le méritent bien !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by catger - dans TOUT SUR ISRAEL
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de univers-des-news.over-blog.com
  • Le blog de univers-des-news.over-blog.com
  • : Comment tout savoir sur les stars : les news people, les potins, vidéos et photos de stars et de célébrités ? Surfez sur L'UNIVERS-DES-NEWS
  • Contact

Profil

  • catger
  • http://tendancedesantipodes.blogspot.com/


  var _gaq = _gaq || [];
  _gaq.push(['_setAccount', 'UA-15905281-1']);
  _gaq.push(['_trackPageview']);

  (function() {
    var ga = document.createElement('script')
  • http://tendancedesantipodes.blogspot.com/ var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-15905281-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script')

Rechercher

Archives

Pages